Saison 1 en VF



Commandez le coffret sur le site de la FNAC
 
     
     
 
6.18 "La bague au doigt"



A télécharger en VF
 
     
     
 
Episode 9x02

Episode 9x02 _ Sujet tabou

 

             Après la pub

 

      Lucy et Kevin se préparent pour aller chez le médecin

 

Lucy (à Kevin qui s’est changé) : Tu vas où comme ça ?

Kevin : Bah, je t’accompagne !

L : Pourquoi tu te mets sur ton 31 ?

K : Je ne sais pas, c’est l’occasion ou jamais !

L : Pourquoi ?

K : Parce que peut-être qu’après, on ira faire les boutiques, et dîner au restaurant, pour fêter la bonne nouvelle ; que ce soit une fille ou un garçon !

 L : Oui, mais moi j’ai rien à me mettre...

K : C’est pas grave, on va aller faire les boutiques ! Je te laisserai choisir tout ce que tu veux !

L : Ah oui, c’est pas bête ça, ça fait un bail que j’ai rien acheté ! ... Attention, je ne veux pas de vêtements de grossesse !

K : C’est comme tu veux !

L : ...Mais, tu veux pas savoir pourquoi j’ai besoin de vêtements ?

K : Ca me paraît évident...

L : Mon père m’a proposé de donner un cours sur la sexualité, le dimanche, pour les ados !

K : Tu es la femme idéale pour ça !

L : Merci ! (elle commence à pleurer) Tu peux pas savoir ce que ça me fait plaisir...

K : Je te fais confiance ! Tu verras, tout ce passera bien...

L : Je sais pas si je tiendrai le coup.

    (ils s’assoient sur le lit)

K : Pour le cours ?

L : Mais non, pour le reste !

K : Tu as peur de ne pas pouvoir être femme, mère et pasteur en même temps ? Tu peux compter sur moi pour t’épauler dans tout ce que tu entreprendras !

L : Je suis plus sûre de vouloir le bébé ! Je me suis trompée et j’ai pas réfléchi !

K : Quoi ? !

L : Maintenant que l’échéance se rapproche, ça me fait peur ! Ca va être une fille ou un garçon, en chair et en os, je vais passer de la fiction à la réalité ! Je vais vraiment le mettre au monde ! ... Ca va être douloureux ! Ca m’effraie ! Je ne sais pas ce qui m’a pris de vouloir faire un bébé !

K : C’est normal que tu sois angoissée ! Mais c’est quelque chose de merveilleux ! On est prêts ! TU es prête !

L : Non, je suis pas prête !

K : Lucy... Tu verras, ça se passera bien !

L : On saura même pas où le mettre ce bébé quand il sera né !

K : Je te l’ai déjà dit ! Dès que tu le décideras, on trouvera une maison ! Il y a plein de maisons dans le coin !

L : J’en veux une tout près d’ici et il y en a aucune à louer près d’ici !

K : On attendra qu’il y en ai une qui se libère ! Allez, viens ! J’ai hâte de savoir si c’est une fille ou un garçon ! On ira fêter ça, après ! On reparlera de tout ça demain ! C’est une belle journée ! On racontera tout ça à notre enfant lorsqu’il sera en âge de comprendre.

L : T’as l’air fou de joie d’avoir cet enfant !

K : Bien sûr, je suis fou de joie !

    (Lucy essuie ses larmes)

L : On y va ?

K : Je t’aime ! Si je pouvais accoucher à ta place, je le ferais !

L : C’est vrai ?

K : Oui ! J’aimerais bien vivre une expérience aussi belle ! Mais je peux comprendre que tu aie peur de souffrir en accouchant ! Si je pouvais prendre toute la souffrance sur moi...

L : Je t’aime !

    (Lucy et Kevin se serrent dans les bras)

 

 

      Martin va voir la conseillère

 

    (Martin frappe à la porte de la conseillère)

Conseillère : Entrez ! Vous avez bien fait de passer !

Martin : Ecoutez, j’ai un peu exagéré hier... J’ignore pour quelle raison Ruthie a fait ça mais... enfin, si, je sais pourquoi elle a fait ça, mais je ne sais pas pourquoi j’ai eu cette réaction ! J’ai réagi sur le coup de la surprise, j’ai peut-être un peu exagéré ! C’était pas si grave ! J’aimerais essayer de régler cette affaire avec Ruthie. Je n’ai pas envie qu’elle passe sa première semaine en colle parce que... je n’ai pas le sens de l’humour !

C : Je comprends ! ...Avez-vous ... tenté de vous expliquer avec elle ?

M : Pas encore ... enfin, j’ai demandé de l’aide à des membres de sa famille, sans succès ! Ca n’a pas marché ! Je n’ai jamais eu une grande famille, je n’ai pas de soeurs, et ... et Ruthie est une sorte de défi !

C : Ah ! Les enfants Camden ont de fortes personnalités ! (sourires) On annule rarement les punitions, ici. Mais si Ruthie revenait me voir avec une autre attitude que celle qu’elle avait hier, ça pourrait peut-être s’arranger !

Bonne chance !

    (Martin sort du bureau)

 

 

      Martin interpelle Ruthie dans un couloir

 

    (on voit Ruthie prendre des cahiers dans son casier)

    (Martin la voit et tourne dans sa direction)

Martin : Eh ! Attends ! Je te prie de m'excuser ! C'est vrai, j'ai perdu mon sens de l'humour hier ! Et après tout ce que ta famille a fait pour moi, c’était pas sympa de ma part de ne pas t’emmener au lycée le premier jour !

Ruthie : C’est mon père que tu as vu ?

M : Ouais, mais c’est pas lui qui m’a convaincu !

R : C’est Matt alors !

M : Ouais.

R : Il se prend pour un sage !

M : (rires) Oui mais il n’a pas tord !

R : Ecoute ! Il a beau faire des études de médecine, c’est quand même pas un saint ! C’est Matt ! Parfois il est bête. Sympa, mais pas très futé !

M : Toi, tu le vois comme ça parce que tu as grandi avec lui, pas moi. J’ai une opinion différente. Je le vois plutôt comme un futur médecin, quelqu’un qui... qui donne de bons conseils.

R : Quelqu’un qui t’a demandé si t’allais balancer Simon à Cécilia ? ! ... Ca m’arrive souvent de surprendre une conversation !

M : Si tu aimes écouter les gens, deviens psy !

    (ils s’arrêtent de marcher)

R : Bien sûr, j’y avait pas pensé ! C’est génial comme idée !

M : T’es sérieuse ?

R : Peut-être que tu sais parler aux femmes.

M : Ah oui ? Peut-être bien !

R : J’ai un peu honte de t’avoir fait cette blague. C’était très infantile ! Et j’ai eu le culot de rejeter toute la responsabilité sur toi. Je n’ai aucune excuse ! Tu ne m’en veux pas trop ?

M : Si tu répète ça à la conseillère, il se peut qu’elle annule tes heures de colle. Je suis allé la voir.

R : C’est sympa d’avoir voulu m’aider, mais c’est inutile. Il y a deux super beaux garçons en colle, je préfère y rester !

     (sourires et Ruthie s’en va)

 

 

        Les jumeaux rentrent de l’école

 

Annie : Maman arrive, les enfants !

     (ils prennent un gâteau sur la table de la cuisine)

Sam. : Qu’est-ce qu’on va lui dire ?

David : Faut lui dire la vérité ?

S : « J’ai pris la petite souris, je l’ai sortie de sa cage à l’école. »

D : « Puis tu me l’as mise dans la main. »

S : « Pour la montrer à la fille qui était derrière nous. »

D : « Et pour qu’elle joue avec nous. »

S : « Et quand t’as voulu lui montrer... »

D : « ...elle s’est mise à crier fort ! »

S : « Elle a fait peur à la souris ! »

D : « Elle s’est enfuie. »

S : « On a couru pour la rattraper. »

D : « Puis on s’est perdus. »

S : « Alors on a attendu dans le hall. »

D : « Et la maîtresse nous a retrouvés. »

S et D : Fin de l’histoire !

     (ils montent à l’étage pour raconter l’histoire à leur mère)

 

 

       Matt vient voir Simon qui s’est réfugié dans l’appartement au dessus du garage

 

     (on voit Simon qui regarde la télé)

     (Matt monte les escaliers)

Matt : Qu’est-ce que tu fais là ?

     (Simon sursaute)

Simon : Je savais pas où aller...

     (Matt s’assoit sur le lit)

Et toi, qu’est-ce que tu fais là ?

M : Je te cherchais. (silence) T’as parlé avec papa ?

S : Non, pas encore.

M : Il va falloir que tu lui parles !

S : (soupir) À quoi ça sert de leur dire des choses qu’ils ne veulent pas entendre ?

M : Pourquoi tu couches avec Georgia ? Par dépit parce que Cécilia n’a pas voulu de toi ?

S : Comment tu le sais ?

M : Elle l’a dit à Martin qui me l’a répété. Cécilia s’imaginait que tu préviendrais tout le monde. T’en as l’intention ?

S : Si je te raconte tout, tu le diras à papa et maman ?

M : Je préférerais que ce soit toi qui l’annonce à papa et maman.

S : Je veux bien te raconter à condition que tu leur en parles avant que moi je leur en parle.

M : D’accord, je le ferais !

S : (soupir)

M : Tu verras, ça va te soulager de tout me raconter.

     (Simon se met à pleurer)

 
     

Attention, tous les documents présents sur ce site sont soumis aux règles du Copyright. Toute copie totale où partielle est interdite et passible de poursuites.

©2001-2012 Johanna Benard (créations en Flash par François)