Saison 1 en VF



Commandez le coffret sur le site de la FNAC
 
     
     
 
6.18 "La bague au doigt"



A télécharger en VF
 
     
     
 
Simon

Episode 8.05 - Simon’s home video (jamais diffusé en France)

Script rédigé par Nadine

 

« LE SEIGNEUR EST BON. SON AMOUR PERDURE ET SA FIDELITE PERSISTE AU FIL DES GENERATIONS. »

 

Voici notre maison. Enfin, elle n’est vraiment pas à nous puisqu’elle appartient à l’église. Mon père est pasteur. Comme mes parents sont venus vivre à Glenoak peu de temps après leur mariage, on a tous grandi ici. Et c’est ici qu’on continue de grandir dans cette maison qui n’est pas la nôtre. Généralement, ça m’est égal, mais quelquefois, ça me dérange. J’espère qu’un jour, je serai riche pour la racheter à l’église et l’offrir à ma famille. Non, je ne rêve pas. On m’appelle « la banque de Simon » tellement que j’ai le sens des affaires.

 

A 10 ans, j’ai supplié mon père de m’acheter un chien. Et comme il n’a pas voulu, je me suis carrément adressé à l’Autorité Suprême. Contrairement à mon père, j’étais convaincu qu’un chien n’allait pas tarder à se matérialiser. « - Simon, si par la plus grande des coïncidences, un chien perdu se réfugie à la maison, d’accord. Mais ne t’avise pas d’aller en chercher un et de ruser pour qu’il reste dans le jardin. ». J’ai prié, prié de tout mon cœur, mais parallèlement, j’ai supplié ma mère de m’aider. Alors, elle s’est arrêtée dans un chenil et elle est revenue avec ma chienne : Happy. Elle allait avoir des petits et papa m’a quand même autorisé à la garder et mes prières ont été exaucées.

 

La petite aux cheveux bouclés, c’est Rosie, ma plus jeune sœur. On a eu la même chambre un certain temps et même un temps certain. C’est sans doute pour ça que c’est d’elle que je me sens plus proche. On a partagé plus que la chambre. Et elle est beaucoup moins folle que mes deux autres sœurs.

 

Lucy a 21 ans. Elle s’est mariée, il y a 6 mois, avec Kevin qui est dans la police. Elle veut suivre l’exemple de mon père et devenir pasteur.

 

De toute évidence, Mary préfère suivre l’exemple de ma mère. Elle a 22 ans et elle va avoir un bébé de Carlos. Ils se sont mariés une semaine après Lucy et Kevin sans le dire à personne. Et il a fallu qu’elle soit enceinte pour qu’elle nous mette au courant.

 

Voici Matt, mon frère aîné. Il a 24 ans, il est en deuxième année de médecine. Il est marié, lui aussi avec Sarah qui, comme lui, a 24 ans et est en deuxième année de médecine.

 

Ils se marient tous jeune ? Eh bien, oui, c’est normal. Soit on se marie et on fait des câlins, soit on ne se marie pas et on ne fait pas de câlins.

 

Pour elle (Rosie), c’est encore trop tôt. Et lui (Peter), il a intérêt à faire attention. Il ne faut pas qu’il l’approche de trop près. Ah ! Lui, c’est Peter, le petit ami de Rosie.

 

Là, ce sont les petits derniers, Sam et David. Ils sont jumeaux.

 

Je récapitule :

-         Matt, l’aîné, a 24 ans ;

-         Mary a 22 ans ;

-         Lucy,  21 ;

-         Moi, 17 ;

-         Rosie, 13 

-         Et Sam et David, 4.

 

On a tous été étonné que papa et maman veuille d’autres enfants. On a été étonné et heureux. Mais qui ne l’aurait pas été ?

 

Mon père et ma mère sont très amoureux l’un de l’autre. C’est en tout cas ce qui frappe chez eux en premier. C’est ce qui a dû pousser Matt, Mary et Lucy à se marier. C’est ce qu’ils veulent. C’est ce qu’on veut tous. C’est comme être au septième ciel en permanence.

 

GENERIQUE

 

« LE VERITABLE AMOUR SUIT RAREMENT UN OURS SANS EMBUCHE. » (William Shakespeare)

 

Avoir et garder une relation harmonieuse demande beaucoup d’efforts. Et personne n’en a fourni autant que Lucy. Pourtant, elle avait pris un mauvais départ avec Jimmy Moon, son premier amour. Un perdant, ce mec-là ! J’ai cru qu’elle ne s’en débarrasserait jamais. En fat, c’est lui qui s’est débarrassé d’elle parce qu’elle est devenue blonde sur mes conseils avisés, ce que Jimmy n’a pas aimé du tout. Il a été arrêté pour avoir fumé de l’herbe. On avait cru qu’il avait décroché jusqu’au jour où Lucy s’est retrouvée jurée et lui sur le banc des accusés. Je vous passe les détails.

 

Après Jimmy, Lucy est sortie avec Rod. Elle est ressortie avec Jimmy et ensuite elle est sortie avec Jimmy et Rod. Ca en faisait un de trop. Mais comme Jimmy et Rod sont devenus très amis, c’est Lucy qui s’est retrouvée toute seule. Pas longtemps. Son cœur s’est mis à balancer entre Charlie, Brian et Guy, un français. Après, elle a rencontré Kenneth pour qui elle a craqué avant de connaître Stevie qui a été éclipsé par Jo.

 

A cette époque, on a eu droit à une rivalité entre mes sœurs. Après la brève apparition d’un certain Tyler, il y a eu Andrew Nayloss. Avec lui, Lucy enchaînait ruptures et réconciliations. Ca s’est arrêté lorsque le père d’Andrew l’a expédié en Europe. Un jour, il est revenu et lui a dit : « J’ai fait une bêtise, j’ai fait un enfant à une fille. Je retourne vivre en France. »

 

Pour se consoler, Lucy est sorti avec Mike Pierce. Il avait retrouvé goût à la vie après une tentative de suicide ratée. C’était quelqu’un de bien. Dommage qu’il n’y ait pas eu d’alchimie entre eux. C’est grâce à Mike que Lucy a connu Jeremy. Là, il y a eu alchimie et elle l’a demandé en mariage. Il a accepté et elle est partie vivre à New York avec Mike et ses parents, des musiciens amateurs de paradis artificiel. Quand elle a appris que ses futurs beaux-parents ne la trouvaient pas marrante du tout, elle a plaqué leur fils et elle a décidé d’attendre qu’on la demande en mariage et elle a attendu … et attendu. Et quand Kevin a fini par demander de l’épouser, il a été royal et elle a dit : « Oui, bien sûr » et elle s’est engagée dans les traces de nos parents.

 

Voici Mary. Premier baiser avec Jeff, l’ami de Matt. Premier amour, Wilson West, 17 ans, veuf, père adolescent, pas le genre de garçon qui mérite qu’on le prenne et qu’on le jette. Mais Mary a toujours été bizarre. Après Wilson, il y a eu un Jim, un Brad, un Jeff et un George. Mais celui qui lui a fait battre le cœur, ça a été Robbie Palmer. Ils se sont rencontrés en faisant un travail d’intérêt général. Mary l’a adoré. Les parents l’ont détesté. Ensuite, Mary l’a détesté et mes parents l’ont adoré. Puis, Mary l’a adoré et détesté. Mes parent qui l’adoraient toujours l’ont recueilli parce qu’il était à la rue et parce que Mary était partie à des milliers de kilomètres à Buffalo chez nos grands-parents. Ils s’occupaient de Mary. On s’occupait de Robbie qui est devenu un frère pour nous et un fils pour mes parents. Mais il fait fini par partir pour la Floride pour être le frère de ses vrais frères et le fils de sa vraie mère. On espère seulement qu’il n’a pas repris contact avec son bon à rien de père.

 

Revenons à Mary. Pendant son séjour à Buffalo, elle est ressortie avec Wilson qu’elle a laissé tomber pour Ben … qu’elle a laissé tomber pour Wilson … qu’elle a relaissé tomber pour Ben. Ben est le frère de Kevin. Lucy a rencontré Kevin quand Mary a rompu avec Ben. Elle ne savait pas où elle en était, lui non plus et nous non plus. C’est alors qu’est arrivé Jack, un homme de l’âge de mon père. Ca nous a choqués, amusés mais consternés. Au moment où on commençait à se faire à l’idée qu’elle allait finir avec lui, elle s’était mariée avec Carlos. Comme je vous l’ai dit, ils vont avoir un enfant et comme je vous l’ai pas encore dit, ils se sont mariés avant de faire le bébé, pas le contraire, même si je suis sûr que les rumeurs vont bon train à l’église.

 

Mais j’y pense ! L’histoire de Mary et de Lucy ne serait pas complète si je ne vous parlais pas de leurs amoureux communs :

 

-         Jordan Johannsen a été le premier. Lucy est sortie avec lui. Mary lui a volé puis Lucy l’a récupérer et laissé tomber.

-         Voici leur deuxième amoureux commun : Robbie Palmer. Quand Mary l’a plaqué et que Lucy a plaqué Jeremy, Lucy et Robbie se sont retrouvés ensemble. Ca ne m’a pas étonné parce que Lucy ne restait jamais son petit copain. Avant de sortir avec Robbie, elle était sortie avec son frère et aussi avec son autre frère. Eh oui, Vous avez bien entendu ! Lucy est sortie avec les trois frères Palmer mais n’a partagé que brièvement Robbie avec Mary. J’espère qu’il est heureux en Floride, plus heureux qu’ici.

 

Venons-en à Matt, mon frère aîné. Si je vous ai d’abord parlé de Lucy et de Mary, c’est parce que je connais mieux leurs histoires que celles de Matt. Je sais qu’il a aimé Heather. Je croyais qu’il allait l’épouser et il a failli à plusieurs reprises … mais failli seulement. Matt a eu de nombreuses petites copines. Je ne me souviens pas de toutes mais j’ai retrouvé quelques photos.

 

-         Ca, c’est Madame LaRoe, son professeur de littérature anglaise qu’il a essayé d’embrasser sous prétexte qu’elle y avait encouragé.

-         Ca, c’est Jenny. Matt l’a connu quand il faisait le Père Noël dans un centre commercial.

-         Voici Cheryl. On a découvert son existence quand Mary s’est aperçu que Robbie avec qui elle sortait, sortait également avec Cheryl. Elle a refait une incursion dans notre vie quand elle a cru être enceinte de Robbie qu’ils ont envisagé de se marier. Mais il n’y a eu ni enfant, ni mariage. Matt avait vraiment craqué sur Cheryl et j’ai du mal à croire qu’il n’ait jamais … et surtout qu’elle est canon.

-         Portant de toutes les filles dont Matt a été amoureux, aucune n’arrive à la cheville de Sarah Glass.

 

Aujourd’hui, Sarah Camden, fille de rabbin et femme de mon frère. Il l’a demandée en mariage la première fois qu’ils sont sortis ensemble. Un vrai coup de foudre ! Mais réussiront-ils aussi bien leur couple que notre couple de référence ? Kevin a de l’argent de sa famille et pourtant, ils vivent dans un appartement au-dessus du garage. Pourquoi ? Aimerait-ils moins sa femme que nous, sa famille ? Et eux (Mary et Carlos), s’aiment-ils suffisamment pour fonder une famille six mois après s’être retrouvés à New York ? Qu’en pense la spécialiste ?

 

Eh bien, pour Rosie, l’importance, ce n’est pas qu’ils réussissent ou qu’ils échouent, mais que le chemin qu’ils vont parcourir soit agréable ou instructif. Elle n’a que 13 ans, mais elle croit trouver son âme sœur avec Peter Petrovski. Bon, c’est vrai, je n’aime pas trop le voir tout près d’elle. Mais je reconnais qu’elle a fait le bon choix. Coup d’essai, coup de maître. Rosie est la plus intelligente de nous tous. Elle l’est plus que moi, du moins.

 

Deena, Carol et Sue, Sally, Maria et les autres comme Marsha et Sacha. Autant d’étapes sur la route qui m’a conduit à Cécilia. Je suis amoureux de Cécilia mais je ne suis pas prêt pour l’amour. J’ai 17 ans, je suis prêt pour voir le monde. Je veux absolument voir le monde et ne pas faire comme Matt et Mary qui se sont retrouvés la bague au doigt. Parce qu’avant de suivre leur exemple, je veux savoir qui je suis.

 

« LORSQU’IL MANQUE UN ŒIL A MES AMIS, JE LES REGARDE DE PROFIL. » (Joseph Joubert).

 

Je me demande si je n’ai jamais eu un ami normal. Maintenant que j’y pense, aucun de nous n’en a eu. Comme dit Rosie, pratiquement tous les amis qu’on a fait venir ici avaient quelque chose qu clochait. Comme Matt est l’aîné, on va commencer par ses amis :

 

-         UNE VIEILLE DAME UN PEU FOLLE : la première sur la liste est une vieille dame un peu folle : Madame Bink. Il l’a aidée pour ses courses. Elle l’a aidé à arrêter de fumer. Il l’a également aidée avec un médecin qui était désagréable.

-         UNE ADO ENCEINTE : Renée était une ado enceinte. Tout le monde est soulagé de savoir que Matt n’était pas le père, qu’il cherchait seulement à l’aider, ce qu’il a fait d’ailleurs. S’il a été absent lors de la conception, il a été hyper présent dans l’accouchement. C’est peut-être à ce moment-là qu’est né sa passion pour la gynécologie et l’obstétrique.

-         UN ANGE : Steve, un ange de 10 ans en phase terminale qui voulait sortir de l’hôpital pour jouer au base-ball. Matt le fit sortir en douce et réalisa son rêve.

-         LA MERE D’UN VOLEUR : Emma Wooten, la mère d’un voleur. Elle travaillait dans une quincaillerie et portait l’alliance qu’on avait dérobée à ma mère.

-         UN ALCOOLIQUE PAS ANONYME : George, que Matt n’a pas pu convaincre de rejoindre les Alcooliques Anonymes.

-         UN JOURNALISTE A SENSATION : Léonard, le rédacteur en chef du journal de l’école qui a essayé de se servir de Matt pour gagner des lecteurs.

-         CELUI QUI VEUT ETRE AIME : Kevin qui était prêt à tout pour se faire aimer. Il serait mort si Matt n’était pas intervenu.

-         UN HOMME INFIDELE : Mason devait épouser Heather mais Matt a découvert qu’il la trompait.

-         UNE AUTRE ADO ENCEINTE : Teresa, une autre ado enceinte qu’il s’était proposé de l’aider, lui vola sa voiture.

-         UN ENFANT GATE : James était le fils de l’homme le plus riche de Glenoak, un enfant gâté à qui Matt donne des cours particuliers et qui tricha lors d’un contrôle. Matt a eu des ennuis mais James finit par tout avouer.

-         UNE VICTIME : Carole, victime du petit ami de sa mère. A force de la faire passer pour une blonde idiote, il l’avait traumatisée.

-         UNE FEMME ENCEINTE : Matt travaillait à la clinique quand Gina Miller y entre pour des douleurs chroniques. Elle serait morte sans l’aide de Matt.

 

Maintenant, c’est le tour de Mary. Elle a souvent eu besoin d’aide mais elle n’a jamais raté une occasion d’aider les autres :

 

-         UNE VICTIME : Tout le monde se moquait de Denise à cause de la façon de s’habiller.

-         UNE DROGUEE : Diane se droguait et serait peut-être morte d’une overdose si Mary n’avait pas appelé les secours.

-         CELUI QUI MALTRAITE LES ENFANTS : Monsieur Koper, l’entraîneur de Mary au basket, maltraitait les enfants.

-         UNE JEUNE MERE : Corey était dans l’équipe de basket de Mary. On lui avait retiré le trophée multisports sous prétexte qu’elle était la mère célibataire d’un enfant de 5 ans. Mary partageait le trophée avec son amie et la réhabilita.

-         UN ANGE : Molly, un ange qui jouait dans une équipe de basket que Mary entraîna.

-         UNE VICTIME : Mary demanda à papa d’aider Lisa qui avait été agressée par le petit ami de sa mère.

-         DES BUVEUSES : Jill et Barb ont essayé d’entraîner Lucy à boire autant qu’elles. Mais Mary a mis le holà.

-         LES AVOCATS DU DIABLE : Elle a rencontré Frankie et Johnny dans une pizzeria où elle travaillait. Ils ont eu une mauvaise influence sur elle. Pourtant, elle a essayé de leur venir en aide alors que leur cas était désespéré.

 

Lucy, passons maintenant à Lucy qui est la liste la plus longue :

 

-         UN RECLUS : Mike, un de nos voisins vivant en reclus. Lucy a été la première à se lier d’amitié avec lui. Et pour Halloween, elle l’a aidé à gagner le concours des citrouilles alors qu’elle avait commencé à lui en voler.

-         UNE VICTIME : Elle demande à papa d’aider Suzanne et sa mère pour qu’elle puisse toucher une pension alimentaire.

-         UNE VICTIME : Son ami Shelby avait honte de l’endroit où elle habitait depuis que sa mère ne bénéficiait plus de l’aide sociale.

-         UNE VICTIME : Lucy a aidé son amie Laurie que sa mère maltraitait verbalement. C’est difficile à croire, mais pour certaines personnes,

-         UN EX-PETIT-AMI : Quand Rod a perdu sa mère, il a été incapable d’affronter son père. Alors, Lucy l’a aidé en le cachant dans un placard.

-         CELLE QUI S’AUTOMUTILAIT : Nicole. Elle s’automutilait. Elle se tailladait les bras et les jambes. C’était la première fois que j’entendais parler de ce problème.

-         UNE VICTIME : Lucy est venue en aide à Ashley, une fille de son école. Sa mère voulait être sa meilleure amie alors que c’est une mère dont Ashley avait besoin.

-         UN EX-PETIT-AMI : Mike Pierce a demandé à Lucy de le brancher avec Elaina Casey qui avait tellement d’acné qu’elle a cru que Lucy lui jouait un tour.

-         UN CHARPENTIER : Pour finir l’appartement du garage, Lucy fit appel à Ray, le charpentier au chômage qui essaya d’extorquer des dommages et intérêts.

-         UN ANGE : Paul. Lucy a aidé à convaincre sa famille de l’autoriser à réaliser son rêve.

-         UNE EX-PROSTITUEE : Christine, au passé trouble et au cœur d’or. Qui refuserait de l’aider ?

 

Ruthie, alias Rosie. Voici la liste des amis de Rosie.

 

-         UN CHIMPANZE : Tout d’abord, Eisenhower avait besoin d’une compagne.

-         UNE VICTIME : C’est ici que vivait Ben, l’ami de Rosie dont les parents avaient fait de dangereux placements.

-         UNE PLAGIAIRE : Rosie avait trouvé une idée géniale pour le concours d’histoire de sa classe. Mais une de ses amis lui vola.

-         UNE MAITRESSE : Et sa mère la traita d’imbécile, ce qui la mit hors d’elle.

-         UNE VICTIME : C’est au cours d’un échange scolaire que Rosie a connu Julia dont la mère au chômage ne pouvait plus lui acheter à manger.

-         LA NOUVELLE ELEVE : Yasmine, qui essayait d’aller à l’école sans se faire agresser parce qu’elle portait le voile.

-         UN JOCKEY : Rosie rencontra Kathleen à l’équitation. C’était un jockey atteint d’une maladie grave. Elle se battait pour vivre le plus normalement possible et elle aida Rosie sans doute plus que Rosie ne l’aida.

 

Simon, moi. Bien sûr, j’ai des amis moi aussi :

 

-         UN FUTUR LEADER : Un jour, j’ai pris la défense de Nigel qu’un imbécile avait insulté.

-         UNE PETITE BRUTE : Une autre fois à l’école, un garçon m’en avait fait baver. Pourtant, quand il déchira son pantalon, je lui ai prêté ma veste pour que tout le monde arrête de se moquer de lui.

-         LE MEMBRE D’UN GANG : Mon copain Stan n’arrivait pas à dormir à cause de sa sœur qui faisait partie d’un gang et qui ne pouvait plus s’en sortir.

-         LE FILS D’UN REVISIONNSTE : Le père de Larry lui avait dit que l’holocauste était un canular.

-         UNE FILLETTE ABANDONNEE : J’ai trouvé une fille dans la rue près de la maison. Son alcoolique de père l’avait abandonnée.

-         DES MANIPULATRICES : Mary et Joanne voulaient se servir de moi pour convaincre Lucy d’aller à leur fête.

-         DES SNIFFEURS : Peu de temps après mon entrée au lycée, j’ai réalisé que presque tout le monde se droguait. Je me suis inscris au club audiovisuel et là, j’ai découvert que tout ceux qui y étaient sniffaient de la peinture.

-         FILS DE FUMEUR : Mon copain Lee, lui aussi avait un problème avec la drogue. Son père fumait constamment des joints.

-         UNE VICTIME : Bobby souffrait du syndrome Gilles de la Tourette et il était malmené à l’école.

-         ARME ET DESEQUILIBRE : Mick était déséquilibré et armé. Heureusement, on lui avait confisqué son arme avant qu’il ne s’en serve.

-         UN VOYOU : On n’avait eu moins de chance avec Johnny, l’ex-petit ami de Deena, qui a tiré sur mon père.

-         L’HOMME INVISIBLE : Ce n’est pas étonnant que je n’ai pas trouvé de photo de look. Il était comme l’homme invisible. Personne ne croyait ni les drôle d’histoires que je racontais sur lui, ni même qu’il existait jusqu’au jour où ils l’ont vu.

-         SANS DEFENSE : Cette année-là, j’ai aidé Sacha à se débarrasser de Larry, un type malsain.

-         QUELQU’UN DE TRISTE : Il y a eu aussi Claire. Mais, je ne peux ni vous parler de son problème, ni vous montrer sa photo.

 

Je ne sais pas où on trouve tous ces gens. Ah non, je crois savoir. Eh oui, évidemment, ce sont eux qui nous trouvent. Et lui (papa), ils sont encore plus nombreux à le trouver.

 

Papa. Son dicton favori c’est « N’essayez pas d’aider les autres, essayez juste de ne pas leur nuire. Voici quelques personnes à qui ils n’a pas nui :

 

-         UN FUTUR LEADER : Quand l’église du Révérend Morgan Hamilton a brûlé, mon père a assisté pour l’héberger avec toute sa famille et les a accueillis dans notre église.

-         BIGAME : Steve et Susan avaient grand besoin d’être aidés. Steve n’avait pas divorcé de sa première femme.

-         UN DROGUE : Terry se droguait et a sonné à notre porte pour nous demander de l’aide.

-         UNE FEMME BATTUE : Abby Morris a été battu par son mari depuis des années. Mais elle avait trop peur de lui pour le quitter. Papa l’y a aidé.

-         UN S.D.F. : Il y a eu également Steve Cunningham qui n’avait pas de travail et qui vivait dans son van avec sa famille.

-         UNE ALCOOLIQUE : Tante Julie qui était alcoolique. Papa l’a aidée à le reconnaître et à se soigner.

-         UN EPILEPTIQUE : Ce jeune pasteur souffrait d’épilepsie. Papa l’a aidé à retrouver son travail à l’église.

-         UNE MERE D’ENFANTS INGRATS : Ensuite, il a aidé Madame Hinkle à arrêter de travailler et à récupérer sa maison.

-         UNE VICTIME : Il a réussi à convaincre l’ex-mari de Pam Sanders de payer la pension alimentaire.

-         DES PARENTS EGOISTES : Il a donné des conseils à Bob et Helen Jackson qui étaient plus préoccupés par leur divorce que par leur fille Tia.

-         UNE VICTIME : Il a convaincu Nora Chambers d’affronter l’assassin de son mari et lui a permis de retrouver une vie normale.

-         UN TEMOIN PROTEGE : En sortant d’un programme de protection des témoins, Will Grayson voulait retrouver son fils.

-         UN ANCIEN DETENU : Ron Kramer avait fait de la prison et ne trouvait pas de travail.

-         UN ANGE : Lou Dalton avait besoin d’un établissement pas trop cher pour son fils autiste.

-         DES SEDUCTRICES : De nombreuses femmes sont attirées par les hommes d’église. Au fils des années, plusieurs cherchaient à séduire mon père comme Nancy qui venait de divorcer et Serena qui voulaient des conseils.

-         UN HEROS : Monsieur Lane, un de mes profs a failli perdre son travail pour protéger un enfant menacé par son père. On appelait papa dès qu’il se passait quelque chose à Glenoak.

-         UNE VICTIME : Peter McKinley  a menacé de se jeter dans le vide parce que sa mère lui avait acheté des jeans bon marché.

-         UN MARI INFIDELE : Jack Brenner, le président de l’université de Crawford, provoquait un scandale quand il trompa sa femme avec une étudiante.

-         UNE VICTIME : Papa a réussi à convaincre George d’apprendre à contrôler ses émotions. Il avait été tellement battu par sa mère qu’il se mettait à être violent lui auss.

-         UNE VICTIME : Quand il fit la connaissance de Clarence, Il allait avoir le trésor publique qui faisait payer à la mère de Clarence les dettes de son ex-mari.

-         UNE MERE TRISTE : Elisabeth Brown avait perdu son fils et n’arrivait pas à faire son deuil.

-         UN HEROS : Lorsque Rudy Sternhager déclara qu’il parlait à Dieu, tout le monde crut que le concierge de l’école était fou.

-         DE BONS CITOYENS : Au cours d’un procès, papa aida les autres jurés à dépasser leurs préjugés et à être juste. Il pourra être conseillé en communication.

-         UN CONTROLEUR : Il a aidé Jessica et Ryan. Ryan qui voulait tout contrôler et qui refusait que sa femme fasse quoi que ce soit toute seule.

-         UN ALCOOLIQUE : Quant à Ted, son penchant pour l’alcool a failli le faire divorcer et a failli tuer Lucy et Mary.

-         DES MAITRE EN PEINE : Papa a aidé les Carberry qui n’ont pas pu accompagner leur chien jusqu’à la fin.

-         UN HOMME TROUBLE : James Carver, qui a été veuf, a cru avoir le béguin pour maman.

-         UNE VICTIME : Bird avait perdu son père. Mais elle ne pouvait lui pardonner de l’avoir insulté.

-         Sashiko, une américano-japonaise, avait été prisonnière dans un camp.

-         UN ALTRUISTE : Un jour, un inconnu a écrit à mon père. Tout ce que ce gamin voulait, c’était prier pour que la violence disparaisse et pour consoler ceux dont elle avait marqué la vie.

-         UN BATTANT : Papa rend visite à ceux qui sont à l’hôpital. C’est là qu’il rend visite à Harold qui devait trouver le courage de vivre tout en sachant qu’il était condamné.

-         UN HOMME ETONNANT : Tim est venu voir papa dans son bureau. Il était manchot.

-         UN HOMME CHANCEUX : Le fils de Ramon Reyes avait été enlevé par une ex-petite amie jalouse et dépitée.

-         UN HOMME MALCHANCEUX : Monsieur Allaoui, le père de Yasmine a été malade et a eu besoin d’aide pour faire marcher son commerce.

-         UN HOMME MALHONNETE : Papa a été présent lorsque Kevin et le docteur Gibson ont confronté le petit ami de Paris Petrovsky à son passé trouble.

-         DES PARENTS SURPROTECTEURS : Quand il a aidé les Tallridge, papa a appris quelque chose sur lui. Ils avaient du mal à laisser leur fils vivre sa vie.

-         UN IMPOSTEUR : Ce type a fait semblant d’être Andrew Hampton qui souffrait d’un cancer du poumon et qui se cachait pour ne pas faire la paix avec son fils Chandler.

 

Et la liste continue encore et encore. Elle n’est pas prête de s’arrêter. Mon père ne peut pas s’empêcher d’aider son prochain. Mais vous savez, ma mère est comme lui.

 

Maman :

 

-         UN ILLETTRE : Elle a aidé un athlète qui allait quitter le lycée sans savoir lire. Mais elle l’a confié à une amie à elle.

-         DES PAUVRES : Lou et le conseil paroissial traversent une période délicate quand maman est intervenu et les a aidés.

-         UNE VEUVE : Quand le mari de Judy Calloway s’est suicidé, maman l’a consolée et l’a convaincu de revenir à l’église.

-         UNE DIVORCEE : Elle a également aidé son ami Rachel Grewe à mieux gérer son divorce.

-         UNE DAME TROP SEULE : Madame Beaker passait pour une voisine indiscrète. Maman fut la première à comprendre qu’elle souffrait d’être seule et voulait rendre service.

-         SANS EXPERIENCE : Il y avait aussi les groupes de conseil aux jeunes mariés.

-         UN S.D.F. : Millard était un vétéran S.D.F. qu’elle avait rencontré devant le supermarché.

-         UN ENFANT EFFRAYE : Maman a présenté les jumeaux à Donovan quand il a piqué des colères parce que sa mère allait avoir un bébé.

-         UN EX-PETIT-AMI : Robin avait été le petit ami de maman au lycée et il était devenu particulièrement odieux.

-         DES ADOS ENCEINTES : Les gens venaient à la maison solliciter l’aide de maman. Sandra et Barbara lui posaient des questions sur la grossesse.

-         Rita lui demanda comment parler de sexualité avec sa fille.

-         DES PARENTS DESAGREABLES : Pendant quelque temps, maman enseigna dans l’école de Rosie. C’est là qu’elle connaît Christy, l’élève dont les parents n’arrêtaient pas de se disputer.

 

Mais bien sûr, on n’était pas abandonné. Mes parents ont été présents et nous ont aidé chaque fois qu’on en a eu besoin. Et on a eu beaucoup de problème. Beaucoup, beaucoup de problèmes.

 

« IL N’Y A QUE DEUX CHOSES QUI SONT INFINIES, L’UNIVERS ET LA BETISE HUMAINE, ET POUR L’UNIVERS, JE NE SUIS PAS SUR. » (Albert Einstein)

 

En tant que gamin de pasteur, on s’est fracassé contre des murs. On a tous fait des bêtises, même les jumeaux. Ils ont piqué de l’argent à tout le monde afin de participer à la réparation du toit de l’église. Ils ont aussi volé le chapeau d’un monsieur et ils n’ont que 4 ans.

 

-         La première fois où Matt a vraiment eu de gros ennuis, sans parler de sa brève incursion chez les fumeurs, remonte à l’époque où il a cassé de van de l’église. Il l’avait emprunté pour épater une petite copine. Il s’était renversé de la bière dessus en reculant dans une voiture de police.

-         Quand mon père l’a pincé à 5 heures du matin, il lui a dit qu’il s’était endormi chez une fille et il a été privé de sortie pendant 3 semaines.

-         Une autre fois, il a imité la signature de papa pour arranger Mary.

-         Tout le monde doit faire la fête quand les parents s’en vont. Matt et Mary n’ont pas voulu faillir à la tradition. Malheureusement, Happy s’est échappée et a été heurté par une voiture, mais elle a vite récupéré.

-         Heureusement, quand Michael Towner a renversé Mary, Matt l’a mis K.O.

-         Une autre fois, une escapade de Matt et Mary s’est terminée par un pneu crevé, un excès de vitesse et un super sermon.

-         Et le jour où mon père a trouvé un joint à la maison, enfin il ne l’a pas trouvé, c’est Happy qui le lui a apporté. Le joint était à Matt. Un ami le lui avait donné. Il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat puisqu’il ne l’a évidemment pas fumé. Mais vous connaissez les parents ?

-         Ah ! Oh oui ! La fois où il avait été à Philadelphie pour voir Heather et qu’il a surtout vu son nouveau petit copain, Matt avait du mal à garder un boulot. Il s’est fait viré du Dairy Shack parce que Happy a englouti la commande des clients.

-         Quand il a été en prépa de médecine, il a failli se planter en chimie parce qu’il ne voulait pas se faire aider. Tout ça n’est pas bien grave. Matt a mis la barre rudement haut. Il ne buvait pas, il ne fumait pas, il était très discret sur sa vie sexuelle. Alors, je n’aborderai même pas le sujet.

 

J’aurais dû commencer par elle. Mary a toujours eu le chic pour s’attirer des problèmes comme par exemple :

 

-         La fois où avec son amie Camille, elle est allée à une soirée et où elles ne se sont retrouvées que toutes les deux avec des types plus âgés. Je crois que c’était la fois où elle avait fait le mur pour aller à une fête dont Matt lui avait parlée.

-         Un jour, elle a volé un verre dans un resto. Et c’est lui qui s’est fait arrêter.

-         Mais elle s’est fait aussi arrêtée pour vandalisme. C’est à cette occasion qu’elle a rencontré Robbie Palmer, comme je vous l’avais dit.

-         Elle a trouvé du travail dans une salle de billard et s’est acheté une voiture de sport mais elle a perdu son boulot juste après.

-         Alors, elle a travaillé à la Pizza de Pete où elle a connu Frankie et Johnny. Elle a bu une bière, s’est fait arrêter et s’en est tirée avec un avertissement parce que le flic l’a reconnue.

-         Je ne sais pas s elle a fumé mais elle nous a pris de l’argent a tous. On l’a même aidée à piller la tirelire des jumeaux. Elle a menti. Elle a triché. Et pourtant, on ne peut pas s’empêcher de l’aimer.

 

Les problèmes que Lucy doit affronter sont principalement dus à son émotivité. Elle se laisse constamment déborder par ses émotions :

 

-         Elle s’est battue comme une chiffonnière avec Mary quand nos parents se sont remariés et quand elle voulait avoir Robbie.

-         Après avoir vu « Autant en emporte le vent », Lucy trouvait que ce serait romantique de gifler Jordan. Son prof ne fut pas de cet avis.

-         Un jour, Mary lui mit un œil au beurre noir, « un simple accident » a prétendu Mary. Si Lucy a eu envie de mettre un œil au beurre noir à quelqu’un, c’est à Roxanne, même si elles sont les meilleures amies du monde, aujourd’hui.

 

Passons à Rosie :

 

-         Elle avait 6 ans quand on décida de jouer les détectives privées et de prendre le facteur en filature. Seulement, on s’est perdu et le sergent Michaels a dû nous ramener.

-         Et puis, un jour, on a trouvé 50 dollars qu’on a aussitôt investis dans un furet au marché noir.

-         Pour éviter de voir le médecin, j’ai fait comme si j’étais enfermé dans ma chambre. Rosie a appelé Police Secours et deux policiers sont arrivés.

-         Ce qui nous est amusés, c’est la carte de crédit que Happy avait récupérée et avec laquelle on passait des commandes.

-         Et la fois où elle m’a attaché à la rampe et où elle s’est retrouvée la tête coincée entre les barreaux. Bon d’accord, on m’a souvent associé à ses bêtises mais elle n’avait pas toujours besoin de moi.

-         Tenez ! Le jour où une équipe de télé est venu filmé mon père pendant l’office, elle s’est enfoncé un bonbon dans le nez et on a du la transporter à l’hôpital.

-         Une autre fois, elle a tiré les cheveux d’une de ses camarades pour se faire renvoyer de l’école et aller à la plage avec maman.

-         Elle a aussi été punie pour avoir couper les cheveux d’une de ses amies de classe.

-         Elle a même poussé Matt à lui acheter un maquillage auquel elle n’avait pas droit.

-         Et la fois où elle a étonné tout le monde en étant hyper sexy, à 12 ans.

-         Maman ne fut pas très contente quand elle entendit les jumeaux appeler Rosie « maman » parce qu’elle les avait achetés avec des gâteaux.

-         Pour que mon père se sente utile, Rosie n’hésita pas à mentir et à prétendre qu’une de ses amies est un enfant battu.

-         Maman la surveillait de près après l’avoir vu danser le slow avec Jack Davis ou quand Peter et elle se portèrent volontaires pour s’occuper d’un chien qu’ils perdirent très vite.

 

Elle n’a pas su éviter les problèmes. Pas plus que moi.

 

-         Je me suis mis au golf et j’ai expédié une balle dans le pare-brise de Lou Dalton, mais à la deuxième vitre, j’ai fini par comprendre.

-         J’ai été pris en train de faire un vilain geste à l’école et en train de décorer une maison avec du papier toilette.

-         A ce propos, un conseil. Ne faites jamais de bêtises avec un complice qui ne peut pas courir. Jim et moi, on voulait s’affirmer par un acte viril. Alors, on a décidé de se faire percer les oreilles.

-         Avec Nigel, j’ai fait un exposé sur les ados et la cigarette. Et finalement, on s’est mis à fumer.

-         Un jour, j’ai dit à Rosie : « On met de l’huile sur la roue qui grince ». Alors, elle s’est mise à avoir de mauvaises notes pour attirer l’attention de maman.

-         J’ai été pris en flagrant délit de vol et d’entrée en fraude au cinéma, mais sans vraiment le faire exprès. C’était Luke qui avait l’idée de sortir avec les jumelles. Quelquefois, j’ai tout simplement mal choisi mes fréquentations et je me suis bêtement laissé entraîner à faire des trucs idiots.

-         Mais j’assume ma responsabilité le soir où j’ai dit à Morris de m’emmener à une soirée. J’ai trouvé que le punch avait un goût bizarre mais j’ai continué de le boire. Je l’ai bu comme du petit-lait. Mais je ne vous dis pas après. Maintenant, je ne dois plus.

-         J’ai été pris pour avoir monter un réseau d’accompagnatrice. Je ne suis pas prêt de recommencer.

 

Tous les problèmes que l’on a pu avoir ne sont pas uniquement dus au fait que notre père est pasteur. Mais avouez quand même qu’on n’a eu ni des amis normaux, ni une vie normale. Je n’ai pas choisi d’être fils de pasteur. C’est un rôle que j’ai hérité et j’ai très souvent envie de m’en débarrasser. En ce moment, par exemple. J’ai plus envie d’être quelqu’un de normal qui se cherche et qui fait les erreurs que l’on peut faire à 17 ans que d’être fils de pasteur. Je veux échapper aux attentes que l’on a sur moi et commencer à vivre selon mes critères.

 

Je ne sais pas encore tout à fait qui je suis mais je connais mes points forts et mes points faibles. Je sais ce que mal se conduire signifie et j’ai le sens des affaires.

 

En tenant compte de ces deux choses, quel serait le meilleur endroit pour moi ? Ce serait Hollywood. Je veux être producteur de cinéma ou de télévision et devenir une légende comme Aaron Spelling.

 

Mais croyez-moi, je suis prêt à travailler dur. Je veux tout savoir, tout savoir sur le jeu des acteurs, sur l’écriture et la production et je veux tout apprendre de l’école des Beaux-Arts de Californie. Bien que ma ville natale Glenoak ait de fabuleuses écoles, il n’y a guère de chances que l’université de Crawford serve de cadre à un festival du film dans un avenir plus ou moins proche. Je veux aller dans votre fac et j’ai hâte d’être au semestre prochain ou à l’automne. Je voudrais commencer immédiatement. J’ai de bonnes notes en général. Mes résultats à l’examen d’entrée à l’université sont excellents et même si je n’ai pas mon diplôme, j’ai passé le C.H.P.E. et je crois que le résultat devrait vous parvenir dans quelques semaines. J’espère que vous m’accepterez provisoirement jusqu’à ce que je fasse mes preuves. Mon avenir est entre vos mains.

 

FIN

 

Robert Evans – « C’est tout, mon garçon ? C’est tout ce que tu as à me dire ? Vas plus en profondeur ! Explique-leur pourquoi tu veux aller tout de suite en fac ! Creuse, Simon, creuse ! Ca été très intéressant de t’entendre parler de ta famille. Et où es-tu ? Si tu veux faire un bon film, tu dois y mettre ton cœur et ton âme. Pour l’instant, celui-ci n’est pas fini. »

 

J’ai tué un enfant. Un enfant qui, qui s’appelait Paul et qui n’avait que 13 ans. C’est très dur à vivre mais j’essaie de l’assumer. J’ai encore du mal à en parler, mais bientôt, je pourrai. Je ne veux pas que vous croyiez que je cherche à échapper à mes problèmes car ce n’est pas le cas. Je veux juste essayer de les résoudre dans un nouvel environnement où personne ne sait qui je suis.

 

Le frère aîné de Paul, Justin, est dans ma classe au lycée. Ses parents ont demandé aux miens de faire transférer mon dossier dans une autre école au cas où Justin aura envie de venger son frère, de s’en prendre à moi. Honnêtement, j’aimerai autant qu’ils le fassent.

 

Il m’arrive même de souhaiter qu’il me tue parce que je me sens coupable de vivre. Et je n’ai pas d’envie suicidaire. Je ne me suiciderai pas. Je ne suis pas le genre de type à vouloir en finir avec la vie. Je veux seulement dire que je me sens coupable mais qu’il n’y pas lieu de paniquer. Le fait est, qu’en dépit de l’aide de mes parents, de leurs conseils et de la thérapie, j’éprouve un immense chagrin. Et vraiment, c’est très dur pour moi de faire comme si cet accident n’était jamais arrivé. C’était un accident, un accident de voiture. Je devais rejoindre ma famille pour manger une pizza, je devais passer prendre Cécilia, j’avais mis la musique et  j’avais baissé les vitres. C’est curieux ! Je croyais que je faisais attention. Je n’étais pas en excès de vitesse. Je ne faisais rien d’interdit, rien de dangereux. Mais pourtant, c’est arrivé.

 

Il a surgi de nulle part. J’ai appuyé toute ma force sur le frein, Tout est flou. J’ai toujours, toujours le bruit dans ma tête. Aujourd’hui, je suis angoissé quand je vois un enfant sur sa bicyclette. Mon cœur commence à s’emballer, mes mains deviennent moites. J’essaie d’éviter les rues aux abords des écoles et des parcs. Je vais apprendre à vivre avec, bien que je ne sache pas encore comment. Sans hâte, avec le temps. Les gens autour de moi me l’ont dit et me l’ont répété. J’ai décidé de leur faire confiance. Et je ne veux pas rester dans une communauté où mon père est le pasteur et où je suis le fils du pasteur avant tout. S’il est vrai que j’irai mieux doucement avec le temps, je préfère que ce soit loin de cette ville, très loin de cette ville.

 

 Bien sûr, ma famille va me manquer.

 

Ca fait un peu plus d’un an qu’il est à New York, mais il me manque toujours. Matt est le frère idéal. Il a toujours été là quand j’ai eu besoin de lui. Et il continue à être là, même si ses études l’accaparent. Quand je lui laisse un message, il me rappelle toujours, même s’il est très occupé ou très fatigué. On a eu une conversation intéressante sur la nature des accidents. La théorie de Matt, c’est que Dieu veille sur nous à travers notre conscience. Mais au moment où on ne fait pas attention, on peut devenir la proie du hasard et des accidents se produisent sans aucune raison. Ils se produisent, c’est tout. Il suffit d’un moment d’inattention. Et comme on ne peut pas toujours être vigilent, il y a des accidents J’aime bien cette théorie. C’est la première fois qu’on me dit quelque chose qui a du sens sur l’accident. Et ça m’a fait me sentir un peu moins mal.

 

Mary est partie peu de temps après Matt, mais je peux compter aussi sur elle. On n’a pas parlé sérieusement depuis qu’elle a quitté la maison. C’est difficile d’être sérieux avec elle. Elle est merveilleusement, merveilleusement désinvolte. Elle traverse la vie avec légèreté sans se soucier des contingences matérielles. Elle a brisé des milliers de cœurs et voilà qu’elle est mariée avec quelqu’un qu’elle connaît à peine et qu’elle est enceinte de lui. C’est quelqu’un qui est doué pour le bonheur et vous savez pourquoi ? Parce qu’elle fait confiance à la vie, à chaque seconde. D’après elle, si vous tombez à la limite de la terre, laissez-vous faire ! L’univers vous enveloppera et vous fera remonter. Je comprends qu’elle ait développé cette croyance. Elle correspond à son expérience.

 

Même si je le voulais, je ne pourrais pas faire sortir Lucy de ma vie. Elle m’aime trop. C’est elle qui m’écrira et m’enverra des gâteaux et qui me racontera tout ce qui se passe à la maison. Que ça me plaise ou non ! Lucy s’intéresse sincèrement à moi et aux membres de notre famille. Elle ferait n’importe quoi pour nous ou pour quelqu’un dans le besoin, quoi que. Parfois, on est en droit de se demander si elle a bien la tête sur les épaules tellement elle est irrationnelle. Sa folie vient de sa passion pour la vie et pour les gens qui l’entourent. A première vue, elle peut paraître banal, mais elle est extraordinairement touchante et drôle. Elle a été la première à dire qu’elle était en colère contre Paul, ce qui m’a permis de laisser sortir ma colère. Pour Lucy, la colère peut vous aider à avancer. Elle m’a aidé à faire le petit pas.

 

J’adore les jumeaux, parce qu’ils sont trop jeunes pour réaliser ce qui s’est passé et l’impact que ça a eu sur ma vie. Je me suis tourné vers eux pour échapper à ma dépression. Ils sont le symbole de la vie qui continue et il faut faire de notre mieux pour leur laisser quelque chose de beau. Si vous saviez le nombre de fois où la colère et la tristesse m’ont submergé, il m’a suffit de les voir faire et dire un truc idiot pour me ramener les pieds sur terre et pour que je sois reconnaissant d’être en vie. Ca me chagrinera de ne pas être là pour m’en occuper dans les années à venir. Mais je les laisse avec quelqu’un qui les protégera et leur montrera les joies et les peines des enfants de pasteur.

 

C’est elle que je vais avoir le plus de mal à quitter. Et c’est elle qui s’accrochera le plus car bien qu’elle ait 13 ans, un petit ami et qu’elle comprenne que je veuille quitter le reste de la famille. Elle ne comprendra pas que je veuille la quitter, elle. Mais ça m’étonnerait qu’elle m’en veuille. Elle n’en aura pas le temps. Elle va passer de l’enfance à l’âge adulte à toute vitesse avec une intelligence aiguë, un délicieux sens de l’humour et une forte estime de soi. J’aimerai croire que j’ai quelque chose à voir dans le fait qu’elle soit aussi géniale et j’espère continuer d’avoir une influence positive sur elle. Mais en attendant, elle ressent la souffrance parce qu’on est très proche. Et même si c’est très dur, j’estime qu’il est préférable de mettre un peu de distance entre nous. Je ne me pardonnerai jamais de faire pleuvoir sur l’univers de Rosie. D’autant que je sais qu’elle s’en sortira sans moi. Ce qui m’amène à eux, à mes parents.

 

Ils restent convaincu que je suis trop jeune pour aller en fac. Néanmoins, au fond de leur cœur, ils savent que je suis prêt. Ils m’ont bien élevé. Ce n’est pas un ado qu’ils envoient se frotter au monde, c’est un homme. Evidemment, c’est arrivé avec un an d’avance mais j’ai grandi cet été, j’ai été obligé de grandir. Et je me sens assez fort pour assumer ce tragique accident qui a ôté la vie à un enfant, même s’il n’en faisait pas grand bien. C’est vrai, Paul n’avait que 13 ans, mais il avait déjà goûté à la drogue. Et il en avait consommé le soir où il a dévalé la porte à toute vitesse sur sa bicyclette. Il avait le vent dans les cheveux et pas de casque. Son grand frère Justin m’a rendu responsable. Il devra quand même affronter ses démons parce que Justin fume de l’herbe. Ses parents se culpabilisent, évidemment. Ils croient, ils croient qu’ils ont une part de responsabilité, qu’ils auraient dû être plus attentifs, qu’ils sont de mauvais parents, ce qui est faux. Et moi aussi, je me sens responsable parce qu’après tout, c’est moi qui a été au volant. Mais cette culpabilité ne changera rien à la situation. Ca ne nous fera pas avancer. Il avait beau n’avoir que 13 ans, Paul était responsable de ce qu’il fumait. C’est vrai que son frère avait été un mauvais exemple, peut-être même lui avait-il fourni de la drogue ? Mais il ne l’a pas forcé à fumer et il ne l’a pas forcé à faire du vélo, ni à aller vite sans porter de casque. Ses parents ont vraiment fait de leur mieux avec Paul, j’en suis persuadé. Et aujourd’hui, ils font de leur mieux avec Justin, j’en suis persuadé aussi parce qu’ils m’ont demandé de changer d’école. Et je suis prêt à le faire.

 

Mes parents ont commencé à me préparer le jour où je suis venu au monde. Ils m’ont appris les règles de base :

 

-         Sois poli ;

-         Sois respectueux ;

-         Traite les autres comme tu aimerais qu’ils te traitent ;

-         Aime ton prochain ;

-         Dis « s’il te plait » et « merci », « bonjour » et « bonne nuit » ;

-         Dis aux gens que tu les aimes ;

-         Si tu n’as rien de gentil à dire, ne dis rien ;

-         Douche-toi tous les jours et laisse la salle de bain propre ;

-         Lave-toi le visage et les mains avant de dîner ;

-         Sois ponctuel ;

-         Mange des légumes ;

-         Porte un casque ;

-         Ne te drogue pas ;

-         Si tu bois, ne conduis pas.

 

Ensuite, il y a eu les petites phrases plus ésotériques du style « tout le monde fait de son mieux en fonction de ce qu’il est ». Mes parents ont toujours été à mes côtés quand j’ai eu des moments difficiles. Quand j’ai fait des bêtises, chaque fois que j’ai trébuché, ils ont insisté impitoyablement pour que je fasse toujours de mon mieux et m’ont toujours dit que si je n’y parvenais pas, je devais m’excuser, réparer et aller de l’avant. Ils m’ont enseigné l’amour de la famille et le respect. J’ai appris à les respecter, à respecter les autres, à me respecter et à respecter la vie sous toutes ses formes. Leur bonté, leur foi et leur gentillesse viennent de leur croyance. Et même s’il m’est arrivé de remettre en question certaines choses, je reste le fils d’un pasteur. Et quand je quitterai la maison, j’aurai la force et le courage de faire ce que je croirai juste quelque soient les circonstances et les défis que j’aurai à relever parce que je tiens ça de ma famille et de ceux deux êtres qui m’ont mis au monde. Un jour, je trouverai le bonheur comme eux.

 

Parce que j’ai promis à mon père, à l’église :

 

-         Que je finirai le lycée ;

-         Que je finirai l’université ;

-         Que j’aurai mon diplôme ;

-         Que j’aurai un métier intéressant ;

-         Que j’épouserai une femme que j’aimerai et respecterai ;

-         Que j’apprendrai à nos enfants à être responsables et à porter leur contribution au monde.

 

Et je ferai toutes ces choses dans cet ordre.

 

« TOUS LES VOYAGES COMMENCENT PAR UN PAS » ;

 
     

Attention, tous les documents présents sur ce site sont soumis aux règles du Copyright. Toute copie totale où partielle est interdite et passible de poursuites.

©2001-2012 Johanna Benard (créations en Flash par François)