Saison 1 en VF



Commandez le coffret sur le site de la FNAC
 
     
     
 
6.18 "La bague au doigt"



A télécharger en VF
 
     
     
 
Eric est allongé sur son lit et regarde la télé

Script de l'épisode 7.07 - L'indésirable

 

Eric est allongé sur son lit et regarde la télé.

Annie arrive.

Annie : Est ce que tu t’ennuies ?

 

Eric éteint la télé

Eric : Comment pourrais-je m’ennuyer chérie alors que le docteur Lof chi vient juste de dire a l’infirmière qu’il suspectait la belle Priscilla d’avoir administré à son patient aveugle un médicament qui le fait ressembler à un véritable alien.

Annie : J’ai beaucoup mieux.

Eric : On se demande vraiment ce qui pourrait être mieux.

Annie : Sam ! David !

 

Les jumeaux rentrent dans la chambre et commencent à chanter

Les jumeaux : Jésus nous aime, nous le savons, c’est écrit dans la bible. Jésus nous aime, nous le savons, qu’on soit petit ou grand, oui, oui il nous aime, nous le savons parce que c’est écrit dans la bible

Annie s’éclipse de la chambre

 

Les jumeaux : Jésus nous aime, nous le savons

Eric : Annie !

Les jumeaux : Qu’on soit trop jeune ou trop vieux

Eric : Très bien, très bien et pourquoi ne pas la chanter à maman ? Parce que en ce moment je suis fâché avec Jésus

Les jumeaux : Jésus nous aime, nous le savons, c’est écrit dans la bible, Jésus nous aime, nous le savons, parce que c’est écrit dans la bible

 

GENERIQUE

 

Eric regarde dans le frigidaire et goûte à quelques plats, Annie arrive.

Annie : Qu’est ce que tu fais ? Eric !

 

Elle s’approche d’Eric

Annie : Eric !

 

Il a peur

Eric : Ne fais pas ça

Annie : Je ne voulais pas t’effrayer

 

Eric retire ses boules-quies

 

Annie : Tu devrais être en train de te reposer

Eric : Me reposer ? Oh tu crois que c’est facile avec tes choristes ? Encore un chœur comme ça Jésus m’aime et je craque.

Annie : Ils voulaient faire quelque chose qui fasse plaisir à leur père.

Eric : Et bien figure toi, que ça ne me fait pas plaisir du tout.

Annie : Qu’est ce que tu veux ?

Eric : Je veux plein de chose. Je veux un énorme gâteau à la crème, un énorme sandwich à la viande et un jour entier sans me gratter comme si j’avais des puces sous la peau.

Annie : Les médecins disent que c’est une réaction aux médicaments, ceux qu’ils ont utilisés pour l’anesthésie, tu vas aller mieux.

Eric : Ah oui ? Quand ça ?

Annie : Ou va-tu ?

Eric : Je vais dans mon bureau.

Annie : Et qu’est ce que tu vas faire dans ton bureau ?

Eric : Si tu ne cesses pas de m’enquiquiner je vais tisser la corde pour me pendre.

Les jumeaux : Jésus nous aime, nous le savons

Eric : Fais les taire je t’en prie.

Les jumeaux : C’est écrit dans la bible

Annie : J’y vais

 

Eric va dans son bureau et Annie court en haut pour faire taire les garçons.

Cécilia est avec Simon dans la rue piétonne, ils sont assis sur un banc

Cécilia : Il est tellement mignon, tu ne peux pas imaginer, il est adorable et il est sexy.

Simon : Génial

Cécilia : Je veux que vous soyez ami tous les deux, parce que tu es mon meilleur ami, c’est vrai.

Simon : Ouais

Cécilia : D’accords, peut-être pas le meilleur mais je t’aime beaucoup et tu me connais, je fais parfois des bêtises quand il s’agit des garçons, alors j’aimerais que tu rencontres Marc, ça fait des semaines que je le vois et tu ne le connais même pas.

Simon : Alors c’est un joueur de football ?

Cécilia : Oui, c’est un footballeur mais il exerce ses talents en étranger

Simon : Ou ça à l’étranger ?

Cécilia : En France, est ce que je t’ai dit qu’il était français ? Oh c’est tellement excitant.

Simon : Si tu devais me décrire à Marc, comment tu le ferais ?

Cécilia : Si je te décrivais à Marc, je dirais que tu es mignon, tu es très gentil et charmant.

Simon : C’est vrai ?

 

Marc arrive

Marc : Cécilia !

 

Il s s’embrassent et Simon les regarde

Cécilia : Marc, Simon ; Simon, Marc

Marc : Cécilia m’a dit que vous étiez très sympa.

 

Lucy est avec Ruthie dans la rue piétonne et sort d’un magasin

Lucy : Et pourquoi pas un bouquin ?

Ruthie : C’est nul

Lucy : Bah attend, un livre c’est jamais nul

Ruthie : Mais il vient d’avoir 12 ans

Lucy : Et alors y en a plein pour cet age la. Et pourquoi un cadeau ?

Ruthie : Parce que c’est son anniversaire

Lucy : Pourquoi ne pas lui confectionner quelque chose ?

Ruthie : Je voudrais lui faire un vrai cadeau acheté avec mon argent.

 

Lucy remarque Kévin et Roxanne devant une bijouterie et tire Ruthie pour se cacher derrière une vendeuse

Lucy : Je veux pas qu’il me voie.

Ruthie : Mais pourquoi ?

Lucy : Parce que dans ce cas je ne saurais pas ce qu’il est en train de faire. Allez vite, vite, vite

 

Et elle court se cacher derrière un mur

Kévin : Qu’est ce qu’elles font maintenant ?

 

Roxanne tourne légèrement la tête

Roxanne : Elles se contentent de nous regarder

Kévin : Elles sont cachées ?

Roxanne : oui. On continue de faire semblant de ne pas les avoir repérées ?

Kévin : Bien sur. Bon si tu devais acheter une bague de fiançailles, laquelle choisirais-tu ?

Roxanne : Jamais je n’irais m’acheter une bague de fiançailles toute seul mais si je m’imaginais qu’un charmant jeune homme veuille m’acheter une bague de fiançailles, je choisirais celle qui est exposée en vitrine, celle avec des perles.

Kévin : Pas de diamant ?

Roxanne : Non, trop commun, les perles c’est plus classe.

 

Lucy : J’arrive pas à y croire, c’est Roxanne qui va choisir ma bague.

Ruthie : Et ça ne te plais pas ?

Lucy : Bah évidemment que ça ne me plait pas.

Ruthie : Ce n’est pas un drame, c’est seulement deux policiers qui font leur travail dans la rue piétonne et qui en profitent pour regarder les vitrines. Si nous les avions vu acheter une glace, tu n’aurais pas dit qu’ils en achetaient une pour toi.

Lucy : Tu ne vois pas la différence entre les diamants et les glaces ?

Ruthie : Tu ne vois pas la différence entre le fait qu’il t’aime et qu’il travaille avec elle ?

Lucy : Il laisse la femme avec qui il travaille choisir la bague de celle qui l’aime, c’est pas bien ça.

 

Kevin et Roxanne rentre dans la bijouterie

Ruthie : Par pitié ne me dit pas que nous allons rester ici à les espionner jusqu’à ce qu’ils aient fini leur service.

Lucy : Tu veux rentrer à la maison ?

Ruthie : Non, je veux pas rentrer à la maison mais je veux acheter mon cadeau.

Lucy : Ah oui ton cadeau et ben on va y aller en attendant on va aller voir ce qui se passe à l’intérieur de la bijouterie.

Kevin : Ou sont-elles maintenant ?

Roxanne : Elles viennent dans notre direction.

 

Lucy et Ruthie court jusqu’à la vitrine de la bijouterie

Kévin : Tu crois qu’elles vont rentrer ?

Roxanne : Non elle ne veut pas de confrontation directe.

Kévin : Elles vont nous suivre encore longtemps ?

Roxanne : Connaissant Lucy, jusqu’à ce qu’ont ait fini de travailler.

 

Kévin parle au vendeur

Kévin : Est-ce qu’ont pourrait voir celle qui se trouve dans la vitrine ?

Vendeur : Oui

 

Lucy et Ruthie se baissent et le vendeur prend la bague

Kévin : Tu vois pourquoi je suis fou d’elle.

 

Simon voit Lucy et Ruthie accroupi sous la vitrine du bijoutier et les rejoins

Simon : Qu’est ce que vous faites la ?

 

Lucy tire Simon pour qu’il s’accroupisse

Lucy : On veut pas que Roxanne et Kévin nous voient.

Simon : Pourquoi ?

Ruthie : Lucy pense que Roxanne est en train de choisir une bague de fiançailles.

Simon : Je savais pas qu’elle allait se marier.

Lucy : Ma bague, Kévin lui demande de choisir ma bague de fiançailles et tout le monde trouve ça normal.

Simon : Je savais pas qu’il avait fait sa demande.

Lucy : Il a besoin d’une bague pour ça.

 

Lou et Chandler se baladent dans la rue piétonne et remarquent Simon, Lucy et Ruthie accroupis sous la vitrine

Lou : Euh et bien la grande c’est Lucy et la plus jeune c’est la petite Ruthie et le garçon c’est Simon. L’aîné de la famille s’appel Matt, il s’est marié l’année dernière avec la fille d’un rabbin et il y a Mary elle est hôtesse de l’air et je crois qu’elle vie à Fort Lauderdale

Chandler : Cinq enfants, ouah.

Lou : 7 ils ont aussi des jumeaux, des garçons âgés de 3 ans et ce n’est pas tout il y a aussi un ex-petit ami de Mary qui habite chez eux depuis quelques années.

Chandler : Comment est la mère ?

Lou : Annie, oh tout le monde adore Annie.

Simon : Vous êtes folles, un flic reste toujours un flic, il est probable qu’ils vous aient vu.

Lucy : Non, ils n’ont rien vu.

 

Cécilia et Marc s’approchent d’eux.

Cécilia : Voici Lucy la grande sœur de Simon et elle c’est la plus jeune Ruthie.

Marc : Je suis ravi de faire votre connaissance.

Cécilia : Voici mon petit ami Marc. Qu’est ce que vous faites la ?

 

Ils se déplacent tous accroupi et Lou et Chandler les observent.

Cécilia : Allez viens.

Lou : Les Camden sont des enfants plutôt bien dans l’ensemble, ils sont juste enfin je veux dire qu’en ce moment ils sont un peu perturbés par la situation, oui c’est ça, oui un peu perturbés.

 

Robbie sort le linge de la machine et Annie arrive

Annie : Je suis vraiment désolée, Lucy et Ruthie devraient être rentrées et Simon aussi est en retard.

Robbie : Je peux donner un coup de main.

Annie : Je sais et j’apprécie ton aide mais cette tache revenait aux filles pas a toi.

Robbie : Parce qu’ils en ont un peu marre d’être la.

Annie : Tu en as marre d’être là toi ? Il serait peut-être temps que tu sortes un peu.

Robbie : Oui seulement la seule fille qui m’intéresse c’est Roxanne et ça pose un problème à Lucy, alors je me concentre sur mes études.

Annie : Tu sais ce que je pense, je pense que si tu es intéressé par Roxanne et si elle s’intéresse à toi, vous devriez sortir ensemble sans vous soucier de Lucy.

 

Une cloche sonne

Robbie : Je vais voir ce qu’il veut.

Annie : Nan, nan je sais ce qu’il veut, il veut me déranger parce que je l’ai empêché d’aller à son bureau, je ne veux pas qu’il recommence à travailler parce que je ne veux pas qu’il soit préoccupé.

 

Les jumeaux essaient de plier le linge.

Annie : Vous vous restez avec Robbie.

 

Elle va dans le salon.

Eric : Tu pourrais faire quelque chose pour moi ?

Annie : Bien sur.

Eric : Pourrais-tu aller à l’église chercher mon ordinateur comme ça je pourrais au moins écrire.

Annie : Ton ordinateur est dans la cuisine je vais le chercher.

Eric : Et je peux savoir ce que fais mon ordinateur dans la cuisine ? Tu m’as dit que je l’avais laissé à l’église.

Annie : Euh tu l’avais laissé à l’église mais Lou te l’a rapporté et je l'ai caché dans la cuisine parce que je ne voulais pas que tu écrives un sermon alors que tu es en convalescence.

Eric : Et quand Lou l’a-t-il rapporté ?

Annie : Il l’a fait quand tu étais à l’hôpital ou alors la semaine d’après quand tu es rentré de l’hôpital. Euh je ne sais plus c’était sûrement entre deux de mes activités comme faire les courses au supermarché, le lavage, baigner les jumeaux, préparer à manger, faire le ménage enfin tout ces sortes de choses.

Eric : Ca fait des jours que j’attend pour écrire et je ne voulais pas te demander l’ordinateur parce que je sais à quel point tu es occupée.

Annie : Vraiment ?

 

Les jumeaux courts dans le salon.

Les jumeaux : Jésus nous aime, nous le savons, c’est écrit dans la bible, dans la bible

 

Sa sonne à la porte, Annie va ouvrir.

Gabrielle : Je suis Gabrielle, c’est le colonel qui m’envoie, il m’a dit que vous aviez besoin d’un coup de main.

 

Gabrielle est dehors allongée sur un transat et fume. Lucy et Ruthie arrivent.

Lucy : Bonjour, je m’appelle Lucy et voici Ruthie.

Ruthie : Je ne sais pas qui vous êtes mais vous ne devriez pas fumer.

Gabrielle : Ca m’aide à rester éveillée.

Ruthie : Et si sa ne marche pas ? Si vous vous endormiez avec un des ces trucs à cancer au bout de vos doigts.

Gabrielle : Heureusement je serais tellement ivre que je brûlerais avant même de m’en rendre compte et il n’y aurait plus qu’à me mettre dans un vieux pot et ensuite a jeté mes cendres à la mer.

 

Elle rigole

Gabrielle : Dites moi à propos est ce qu’il y a quelque chose à boire dans cette maison ?

 

Lucy prend Ruthie et elles rentrent dans la maison.

Annie : Il faut que tu l’appelles tout de suite.

Eric : Je croyais que tu voulais pas que je travaille et appeler le colonel c’est du travail et du travail stressant, je ne veux pas l’appeler, elle me convient, appelle le toi.

Lucy : Excusez-moi de vous interrompre mais est ce que vous connaissez cette vieille femme qui se trouve dans notre jardin, elle porte une blouse et puis en plus elle fume.

Annie : Nous savons, le colonel nous l’a envoyé pour nous aider.

Ruthie : Oh c’est génial

Annie : Qui y a-t-il de génial là dedans ?

Ruthie : Je sais que t’es un peu débordée.

Annie : C’est toi qui a été dire ça au colonel ?

Ruthie : Non

 

Annie regarde Lucy

Lucy : Moi ça fait longtemps que je l’ai pas eut au téléphone.

 

Annie se tourne vers Eric

Eric : j’ai peut-être mentionné quelque chose à ce propos mais je n’ai jamais dit que tu avais besoin d’aide.

Simon : Hé y a une dame super cool dans le jardin. Quoi ?

Annie : Sans vous commander, j’aimerais que vous montiez ranger vos chambres et que vous fassiez vos devoirs pour demain, ensuite j’aimerais que vous mettiez la table.

Simon : Je pensais que ça serait elle qui le ferait.

Annie : Rah

 

Lucy, Ruthie et Simon monte dans leur chambre.

Annie : Débarrasse-toi d’elle, je n’ai pas besoin d’une aide dans ma maison et surtout pas de la part de quelqu’un qui a l’air perturbée.

Eric : Pourquoi tu n’appellerais pas mon père pour le lui dire toi-même, après tout c’était un cadeau pour toi.

Annie : D’accords, je vais me débarrasser d’elle.

Eric : Je vais m’en occuper. Ce que j’espère c’est que ça ne rentre pas dans la catégorie des travaux de que je dois pas faire. N’oublie pas que j’ai été opéré du cœur, je suis fatigué, je suis censé me reposer. Mais je vais me débarrasser d’elle.

 

Eric sort et trouve Gabrielle endormie sur le transat, il s’assoit sur le perron en attendant.

Ruthie range sa chambre et Lucy lit un magasine. Elle dépose toutes les affaires sur le lit de Lucy.

Ruthie : Eh tu peux bouger tes fesses ?

Lucy : Je cherche une photo de la bague que je veux pour la donner à Kévin.

Ruthie : Bonne excuse pour ne rien faire.

Lucy : Nan mais l’excuse est que je veux la bague de mes rêves, j’en veut pas une choisie par Roxanne enfin.

Ruthie : Alors tu va finir par lui avouer que nous les avons espionné tous les 2 dans la rue piétonne.

Lucy : Il est hors de question.

 

Le téléphone sonne, Lucy décroche.

Lucy : Allo !

Kévin : Salut, ça fais des heures que j’essaie de te joindre, t'as passée une bonne journée ?

Lucy : J’étais à l’école et je viens de rentrer.

Kévin : A l’école ? T’es passée à la bibliothèque ?

Lucy : Non, j’ai accompagné Ruthie qui cherchait un cadeau mais on a rien trouvé.

Kévin : Tu as beaucoup de travail ce soir ?

Lucy : J’ai un petit peu de lecture.

 

Elle voit une photo de bague et déchire la photo

Lucy : Et puis je dois aussi faire des recherches sur internet.

Kévin : Est-ce que tu serais trop occupée pour venir manger une pizza avec Roxanne et moi, nous sommes de service dans la rue piétonne alors nous pensions manger un morceau avant de rentrer.

Lucy : Je préfère pas, maman doit préparer à dîner et faut que je l’aide.

Kévin : J’espérais que tu viendrais faire un tour avec moi.

Lucy : Je peux pas, désolée.

Kévin : Tu peux me passer Robbie, s’il te plait.

Lucy : Pourquoi ?

Kévin : Roxanne voudrait lui parler.

Lucy : pourquoi ?

Kévin : Parce que Robbie l’a appelée et elle voudrait lui parler et l’inviter à venir manger une pizza.

Lucy : ouais, je vais le chercher

Kévin : Elle va le chercher.

Roxanne : Pourquoi est-ce que tu l’as torturé ?

Kévin : Loin de moi une qualité.

 

Lucy descend dans la chambre des jumeaux

Les jumeaux : Tu nous racontes une histoire ?

Simon : Je pensais qu’on était amis et puis.

 

Lucy arrive.

Lucy : Roxanne au téléphone, elle demande à parler à Robbie.

Simon : Je l’ai pas caché.

Lucy : Amusant mais je n’ai pas le cœur à plaisanter.

Simon : Essaye sa chambre.

Lucy : Je tiens pas à ce qu’ils se voient, ça m’arrange pas.

Simon : J’ai exactement le même problème, je n’aime pas ce type Marc.

Lucy : Pourquoi ? Je le trouve plutôt sympa, moi.

Simon : Je crois pas que ça soit bien qu’elle soit avec un français, un français c’est trop français.

 

Lucy reprend le téléphone

Lucy : J’essaie de le trouver.

Kévin : Elle parle toujours avec Simon.

Lucy : je croyais que vous étiez amis avec Cécilia.

Simon : Je sais pas ce qui s’est passé.

Lucy : Marc est arrivé.

 

Robbie arrive

Robbie : Vous avez besoin d’aide pour les petits avant le dîner ?

Les jumeaux : Nos mains elles sont propres.

 

Lucy regarde le téléphone.

Lucy : Oh, ça tombe bien je te cherchais, tiens c’est Roxanne

Robbie : Roxanne !

 

Kévin fait une voix aiguë

Kévin : Salut c’est toi Robbie ?

 

Robbie parait étonné.

Roxanne donne une tape à Kévin et prend le téléphone.

Roxanne : Salut Robbie, quoi de neuf ? Ca fait des semaines qu’on ne s’est pas vu.

 

Robbie sort de la chambre des jumeaux suivie de Lucy

Robbie : J’aimerais bien sortir avec toi un de ces jours, pour aller voir un film ou dîner, enfin faire quelque chose tous les deux.

Roxanne : Ouais je veux bien, peut-être qu’on pourrait faire ça ce soir à huit heures.

Robbie : Ouais génial.

Roxanne : Je vais passer te prendre chez toi avec Kévin.

Robbie : A tout à l’heure alors.

 

Il raccroche

Lucy : Avec toutes les filles sur la terre, il a fallut que tu sortes avec elle.

Robbie : Pourquoi est ce que ça te dérange ?

Lucy : Parce ce qu’elle l’a aidé à choisir ma bague.

Robbie : Quelle bague ?

Lucy : Ma bague de fiançailles.

Robbie : Je savais pas que tu étais fiancée.

Lucy : je le serai lorsque Kévin m’aura donné ma bague.

Robbie : Et comment tu sais que c’est-elle qui l’a choisit ?

Lucy : Je les ai vu tous les deux flâner dans la rue piétonne et rentrer dans une bijouterie.

Robbie : Tu en es sur ?

Lucy : Mais oui j’en suis sur.

Robbie : Et bien règle ça avec lui car moi je sors avec Roxanne.

 

Robbie rend le téléphone à Lucy et Simon arrive et lui arrache le téléphone des mains.

Simon appelle Cécilia et tombe sur son répondeur.

Simon : Vous aimez Cécilia ?

Les jumeaux : Oui

Sam : Moi je l’aime bien

David : Elle est gentille

Simon : Ouais, elle est gentille. Vous savez peut-être qu’elle ne fait que jouer un jeu avec moi, après tout ça serait pas la première fois, elle s’est déjà servie de moi pour rendre jaloux son ex copain et maintenant elle se sert de ce type pour me rendre jaloux. Il n’est peut-être même pas français, bon d’accord il l’est peut-être. Vous savez ce que je pense, peut-être qu’elle sort avec ce type pour me rendre jaloux et non ne tirons pas trop de plan sur la comète.

 

Kévin et Roxanne se baladent dans la rue piétonne et croisent Cécilia et Marc.

Roxanne : C’est pas la petite amie de Simon ?

Kévin : Juste l’amie.

Roxanne : Tant mieux.

Kévin : Pourquoi dis-tu ça ?

Roxanne : Parce que à la façon dont-elle regarde ce garçon, elle a l’air très amoureuse de lui.

Kévin : Et comment elle le regarde ?

Roxanne : Et bien tout simplement comme Lucy te regarde.

Kévin : Et comment est ce que Lucy me regarde ?

Roxanne : Ne fais pas comme si tu le savais pas, tu la regardes de la même façon, on se croirait dans un film des années 50.

Kévin : Tu trouves ?

Roxanne : ouais, c’est évident.

 

Ruthie arrive dans la cuisine pour mettre la table.

Annie : Merci, mais c’est déjà fait.

Ruthie : Désolée.

Annie : Tu veux prendre les verres et les glaçons.

Ruthie : Je me doute de la réponse que tu vas me faire mais j’aimerais offrir un cadeau à Jake pour son anniversaire et je sais pas quoi et je veux pas faire quelque chose et lui offrir.

Annie : Combien tu as d’argent ?

Ruthie : Pas beaucoup.

Annie : Alors tu pourrais téléphoner à sa mère et savoir si elle a besoin d’un gâteau pour la fête, on pourrait peut-être lui en faire un et le décorer avec les choses qu’il aime.

Ruthie : Ah, c’est une super idée. Qu’est ce que tu vas faire ?

Annie : Oh, tu vas le faire, je vais t’aider.

Ruthie : Bah, je sais pas faire un gâteau.

Annie : C’est facile, je te donnerais tous les ingrédients et je superviserais.

Ruthie : Tu pourrais pas le faire à ma place ?

Annie : Je pourrais mais premièrement je suis très occupée et deuxièmement si je le faisais ça serait mon cadeau et pas le tiens.

Ruthie : Pourquoi tu ne demandes pas a la vieille dame qui est dehors de t’aider à repasser, comme ça tu pourrais faire le gâteau, moi je te regarderais et je mettrais les décorations.

Annie : Je ne veux pas que cette femme m’aide, je veux dire que Gabrielle m’aide, de toute façon ton père est en train de lui expliquer que nous n’avons pas besoin d’aide et je ne veux pas t’aider à faire quelque chose que tu peux très bien faire toute seule. Si tu te donnes un petit peu de peine.

Ruthie : D’accords bons bah je vais acheter quelque chose.

 

Lou et Chandler arrive dans le jardin et voient Eric.

Lou : Eric ! Bonjour Eric, désolé de passer sans avoir téléphoné mais le téléphone est toujours occupé.

Eric : Oui, c’est possible.

 

Il tend la main à Chandler.

Eric : Eric Camden, révérend Camden quand mon cœur le permet.

Chandler : Chandler Hampton.

 

Ils regardent Gabrielle

Eric : Mon père nous l’a envoyée pour aider Annie. Qu’est ce que vous voulez ?

Lou : Euh, et bien en fait il s’agit d’une simple coïncidence, d’un hasard d’une circonstance.

Eric : Quelle coïncidence ?

Lou : Et bien nous avons rien dit parce que nous savions que vous aviez besoin d’un peu d’aide et que vous n’accepteriez jamais que ce soit l’église qui  paie pour que quelqu’un vous aide.

Eric : C’est l’église qui paie Gabrielle ?

Lou : Euh non, en faite l’église, l’église à payé une association de pasteur pour qu’ils viennent vous donner un coup de main.

 

Lou montre Chandler

Puis ils regardent tous Gabrielle.

 

PUB                                                                                                                                                      

 

Chandler est tout seul dans le salon, Ruthie arrive.

Ruthie : Maman ! Papa ! Est-ce que vous attendez papa, je vais le chercher je le ramène dés que je l’ai trouvé.

Chandler : Je, je croix qu’il est au sous-sol avec votre mère.

Ruthie : Au sous-sol ? Qui vous a laissé rentrer ?

Chandler : Votre père m’a fait rentrer et il est descendu au sous-sol parler à votre mère et Lou est descendu aussi.

Ruthie : Pourquoi ?

Chandler : Je présume qu’il voulait un peut d’intimité.

Ruthie : Qui êtes vous ?

Chandler : Euh, oh excusez-moi je suis si nerveux que j’ai oublié de me présenter : Chandler Hampton.

Ruthie : D’accord que faites-vous ?

Chandler : Je fais parti d’une association de pasteur.

Ruthie : C'est-à-dire ?

Chandler : Et bien euh c’est un peu comme un entraînement et je fais disons je m’entraîne à faire ce que votre père fait quand il a commencé.

Ruthie : Quelle église ?

Chandler : Votre église.

Ruthie : Qui vous a engagé ?

Chandler : Lou et les autres diacres.

Ruthie : Excusez-moi je reviens tout de suite.

 

Ruthie court au premier.

Ruthie : Robbie ! Simon ! Lucy !

Robbie ! Simon ! Lucy !

 

Robbie et Simon arrive.

Robbie : Qu’est ce qui se passe ?

Simon : Qu’est ce qu’il y a ?

Ruthie : Où est Lucy, c’est très important. Vous savez qu’il y a un homme dans le salon qui dit qu’il fait parti d’une association de pasteur et maman, papa et Lou sont au sous-sol en train de discuter.

 

Gabrielle est dans la cuisine et elle prépare à manger.

Annie : Ton cœur, par pitié ton cœur.

Eric : Tu lui as dit qu’il fallait m’aider.

Lou : Eric, nous voyons tous que vous avez besoin d’aide.

Eric : La FERME Lou ! Ca fait à peine un mois que je vous ai laissé le contrôle de mon église et vous y mettez un nouveau pasteur et bien sur ma femme a du trouver l’idée lumineuse.

Annie : Eric ! Le docteur a dit de ne pas t’énerver.

Lou : Nous devions faire quelque chose, nous ne pouvions pas continuer à improviser chaque semaine.

Eric : Alors vous avez pensé à me remplacer.

Annie : Il ne t’a pas remplacé voyons, c’est pas ça.

Eric : Tu étais au courant de ça ?

Annie : Non ! Je n’en savais absolument rien. Franchement vous auriez pu le prévenir un petit peu avant.

Lou : Chandler est un garçon très consciencieux et par souci de bien faire il est arrivé un jour plus tôt et nous habitons dans une petit ville alors je ne voulais pas que vous l’appreniez par quelqu’un d’autre que moi et je suis désolé, j’ai essayé de vous téléphoner et comme je n’arrivais pas à vous avoir je suis venu.

Eric : La FERME Lou !

Annie : Je t’en pris Eric, écoute moi, remontons et allons tous dîner et tu parleras avec Chandler.

Eric : Tu crois que je vais dîner avec cet homme ? Ou avec lui ?

 

Gabrielle est toujours dans la cuisine et continue de faire à manger.

Annie : Je ne sais pas pourquoi tu es en colère, Lou essaye seulement…

Eric : La FERME Annie !

 

Eric s’en va

Annie donne une gifle à Lou.

Annie : Je suis désolée, je ne sais pas quoi dire.

 

Annie s’effondre en larme dans les bras de Lou.

Lou : Ce n’est rien. Vous êtes tous à cran en ce moment.

 

Eric arrive dans la cuisine.

Eric : Est-ce que le clown est toujours dans le salon ?

Gabrielle : J’en ai aucune idée, c’est vous qui avez été opéré du cœur.

Eric : Oui, c’est moi. Heureusement sinon je serais sûrement mort à l’heure qu’il est.

Gabrielle : Tenez goûtez ça.

Eric : Non merci.

Gabrielle : Goûtez ça !

 

Eric goûte

Eric : C’est incontestablement la meilleure sauce tomate que j’ai mangée de ma vie.

Gabrielle : C’est parce que j’y mets un ingrédient secret.

 

Gabrielle sert à manger.

Eric : Oh oui je vais attendre les autres pour dîner, il est tard et ils vont tous avoir faim.

Gabrielle : Manger, vous en reprendrez une assiette avec les autres.

 

Eric mange

Gabrielle : Est-ce que vous voulez un petit verre de vin avec ça ?

Eric : Je doute qu’il y ait du vin dans cette maison.

 

Gabrielle va chercher sa bouteille de vin qui se trouve dans son sac.

Chandler arrive au sous-sol et lui fait signe de remonter.

Simon : Je suis affamé, je veux dîner.

Ruthie : Sam et David peuvent attendre, nous aussi.

Robbie : Ta mère les a déjà fait dîner.

Ruthie : Je le sais, je voulais seulement faire patienter Simon.

 

Chandler arrive à l’étage.

Chandler : Euh, est ce que le révérend Camden est la ? Bien.

Ruthie : Attendez. Je m’appelle Ruthie et voici Simon et lui c’est Robbie juste un ami.

Chandler : Chandler Hampton. Ravi de vous rencontrer.

Simon : Vous remplacez mon père ?

Chandler : Oh non, non, non je suis la pour apprendre, je vais là ou je peut-être utile.

Ruthie : Combien de temps ?

Chandler : Tant qu’on a besoin de moi. Mais ce seront votre père, les diacres et Lou qui décideront.

Ruthie : Et vous êtes célibataire ?

Chandler : Euh oui c’est exacte.

Ruthie : Quel âge avez-vous ?

Chandler : J’ai 23 ans, je viens de Cobeul à New York et j’ai passé mon diplôme et mon doctorat.

Robbie : Oh, félicitation, docteur Hampton.

Chandler : Euh je préfère Chandler.

Ruthie : Ma sœur aussi est allée à Cobeul, elle a suivi un stage d’été. Où est Lucy d’ailleurs ?

 

Roxanne arrive

Roxanne : Elle est dans l’appartement de Kévin. Heih !

 

Robbie et Roxanne s’enlacent.

Robbie : Content de te voir.

Roxanne : Et moi aussi. Je crois qu’on ne se connaît pas.

 

Ils  se serrent la main.

Lucy est dans l’appartement de Kévin et celui-ci arrive.

Kévin : Bonsoir chérie, je suis à la maison.

Lucy : J’espère que tu ne m’en veux pas trop mais je travail mieux ici.

Kévin : Et tu savais que Roxanne devait venir avec moi alors tu pensais qu’elle passerait d’abord ici mais j’aime bien l’idée que tu m’attendes chez moi.

 

Ils s’embrassent

Kévin : Quoi de neuf ?

Lucy : Maman et papa se sont disputés parce que le colonel a envoyé une vieille femme nommée Gabrielle pour donner un coup de main à maman, seulement elle est un peut foldingue et maman n’en veut pas chez elle.

Kévin : Et pourtant elle en aurait besoin.

Lucy : Oui mais parfois certaines personnes ne préfèrent pas être aidés.

Kévin : Oui certaines personnes, malheureusement moi je ne sais rien faire par moi-même et j’ai terriblement besoin de toi, et de ta mère et de Roxanne.

Lucy : Pourquoi tu as besoin d’elle ?

Kévin : Pour me sauver la vie.

Lucy : Comment ça te sauver la vie.

Kévin : Je suis policier c’est ma coéquipière.

Lucy : D’accord je reconnais qu’elle est capable de te sauver la vie et a part ça qu’est ce qu’elle peut faire pour toi ?

Kévin : Elle est aussi importante pour moi dans le travail que toi tu l’es dans ma vie.

Lucy : Elle ne fait pas vraiment partie de ta vie n’est ce pas ?

Kévin : Si d’une certaine façon, on est ensemble toute la journée.

Lucy : D’une certaine façon, je peux savoir laquelle ?

Kévin : Je suis désolé, je n’aime pas mentir, je t’ai vu m’espionner à la bijouterie aujourd’hui, je sais ce que tu penses.

Lucy : Non tu ne sais rien, tu ne sais pas ce que je pense, ce n’est pas très gentil de m’avoir espionné.

Kévin : Moi je t’ai espionné aujourd’hui ?

Lucy : Ne le nie pas.

Kévin : Disons qu’ont s’espionnait mutuellement.

Lucy : C’est pas vrai.

Kévin : Tu crois que j’ai demandé à Roxanne de choisir ta bague ? Mais si j’avais fait ça se ne serait pas bien, je ne l’ai pas fait, je ne le ferai pas, je te le promets. Je vais me changer et on en parle.

Lucy : Te fatigue pas.

Kévin : Décidément j’en suis fou.

 

Lucy rentre par la porte du jardin et voit son père avec un verre de vin et un cigare à la main.

Simon et Ruthie sont dans la cuisine et mangent et Annie arrive.

Ruthie : C’est délicieux.

Gabrielle : Est-ce que vous avez faim ?

Annie : Je vais dîner dans ma chambre.

Gabrielle : Je ne le monte pas j’ai un problème d’arthritee.

Annie : Merci

Gabrielle : De rien.

 

Annie prend son plateau et monte.

Ruthie : Je présume que vous savez faire de bons gâteaux.

Gabrielle : Je ne cuisinerai pas un gâteau pour ton petit ami Ruthie, tu es beaucoup trop jeune pour avoir un petit copain.

Simon : Est-ce que vous vous y connaissez en garçon français ?

Gabrielle : Tu aimes un garçon français ?

Simon : Non pas moi c’est une de mes amies Cécilia.

Gabrielle : Elle est française ?

Simon : Non

Ruthie : Et ce n’est pas juste une amie en plus.

Gabrielle : Je me demande si on lui a déjà léché le nez affectueusement avec une grosse langue.

Ruthie et Simon : OH !

Gabrielle : Je n’aurais pas dû en parler. Ca ne se fait probablement plus.

 

Annie est au téléphone avec Ruth.

Annie : Ecoutez ce n’est pas que je n’apprécie pas le fait que le colonel et vous, vous vouliez m’aider mais je peux très bien me débrouiller toute seule.

Ruth : De quoi parlez-vous Annie ?

Annie : Je parle de la femme que vous m’avez envoyée.

Ruth : La femme

Annie : Gabrielle

Ruth : Gabrielle ? Elle est encore de ce monde ?

Annie : Elle est vieille mais elle est encore bien vivante.

Ruth : Je ne sais pas ou le colonel l’a retrouvée.

Annie : Et bien quoi qu’il en soit sans vous offenser je veux qu’elle quitte cette maison au plus vite.

Ruth : Est-ce qu’elle fume toujours ?

Annie : Oui et je peux vous assurez qu’elle boit aussi, son haleine empeste l’alcool.

Ruth : Le vin, elle adore le vin, le très bon vin. Annie chérie elle n’est pas la pour vous, elle est là pour soutenir Eric, je suis persuadée que c’est pour ça qu’il l’a envoyée et croyez moi elle ne reste jamais longtemps en général Gabrielle a l’habitude de disparaître au bout de 24H.

 

Roxanne et Robbie sont dans le jardin et mangent.

Roxanne : Tu sais je vais peut-être retourner à l’église.

Robbie : Je ne sais pas pourquoi mais je suis vraiment nul.

Roxanne : De quoi est-ce que tu parles ?

Robbie : Je parle du fait que je n’arrive jamais à garder une femme.

Roxanne : Il suffit de lui donner le temps de tomber amoureuse.

Robbie : Ca se passe dans les premiers moments ou pas du tout.

Roxanne : Tu m’as plut pratiquement au moment ou je t’ai vu.

Robbie : Parce que je t’ai dit que je voulais sortir avec toi depuis le collège.

Roxanne : Non quand on était au collège toi et moi tu m’as dit que tu voulais sortir avec moi, c’est différent.

Robbie : Quelle est la différence ?

Roxanne : Et bien pour commencer ça ne prouve pas que tu penses a moi depuis plusieurs années. Ca prouve que tu pensais à moi quand nous étions au collège.

Robbie : Aucune importance, j’ai vu comment tu regardais le nouveau pasteur et j’ai compris pourquoi tu voulais tu voulais aller à l’église.

Roxanne : Je ne l’ai pas regardé.

Robbie : Si je t’ai vu.

 

Lucy et Kévin sont dans le salon et mange.

Kévin : Tu veux quel genre de bague ?

Lucy : Enfin qui a dit que je voulais une bague, tout ce que je sais c’est que je ne veux pas d’une perle qui appartenait à une femme morte.

Kévin : Un diamant, plusieurs petits brillants ou un solitaire ?

Lucy : Le choix te revient à toi et toi seul.

 

Kévin sort de sa poche la photo de la bague que Lucy avait déchiré.

Kévin : J’ai trouvé ça dans le garage.

Lucy : Et alors ?

Kévin : Et alors, c’est celle la que tu veux ?

Lucy : J’en sais rien, laisse moi voir sa. Non, après tout tu penses que tu peux m’offrir ça ?

 

Roxanne et Robbie rentrent dans la cuisine.

Robbie : Simon y a quelqu’un dehors qui veut te voir. Merci pour le dîner.

Roxanne : Merci.

Gabrielle : Elle est beaucoup plus jolie sans son uniforme.

Ruthie : Je l’ai mis avec le reste dans la  machine.

Gabrielle : C’est bien, toi tu me plais. Quel genre de gâteau est ce que tu veux que je te fasse ?

 

Simon est dehors avec Cécilia.

Cécilia : Alors ? Je pensais que tu m’appellerais.

Simon : Moi je pensais que tu étais avec Marc.

Cécilia : Tu en penses quoi ?

Simon : Je le trouve sympa.

Cécilia : Juste sympa ?

Simon : J’en sais rien, j’ai pas eu trop l’occasion de lui parler, c’est difficile à dire. Qu’est ce que tu en penses de lui ?

Cécilia : Je crois que je l’aime. En fait j’en suis certaine seulement je veux pas lui montrer que j’en suis dingue parce que tous les garçons n’aiment pas ça.

Simon : Pas tous les garçons.

Cécilia : Si t’a une copine ont pourraient peut-être sortir ensemble un de ces jours.

Simon : D’accord.

Cécilia : C’est vrai ?

Simon : Ouais si je trouve une copine.

Cécilia : Si t’en a pas, je t’en trouverais une. Bonne nuit.

 

Elle l’embrase sur la joue et s’en va.

Cécilia : On en reparlera demain.

 

Robbie raccompagne Roxanne devant la porte.

Roxanne : Merci pour le dîner, il faut que je rentre.

Robbie : Tu as besoin d’un cavalier pour dimanche ?

Roxanne : Vraiment très drôle.

Robbie : On s’installera au premier rang, tu verras mieux.

Roxanne : Bonne nuit on se rappelle.

Robbie : Bonne nuit Roxanne.

Roxanne : Bonne nuit Kévin ! Bonne nuit Lucy !

 

Lucy : Il l’a vraiment invitée à aller à l’église ?

Kévin : Oui, je crois qu’elle a craqué pour le nouveau.

Lucy : Quel nouveau ?

Kévin : Le jeune pasteur qui vient d’arriver.

Lucy : Mais enfin de quoi est ce que tu parles.

Kévin : J’ai appris qu’il y a quelqu’un qui est venu aider ton père, Roxanne l’a rencontré.

Lucy : Oh ! Mais comment tu peux savoir ça et pas moi et pourquoi Roxanne l’a rencontrée et pas moi. Est-ce que quelqu’un d’autre l’a rencontré ?

Kévin : Je n’en sais rien mais où tu étais tu quand sa c’est passé ?

Lucy : Je sais pas, j’ai été occupée cet après midi. Je suis jamais sur le coup c’est insensé ça je suis jamais là au bon moment, c’est comme si je vivais recluse au bout du monde.

 

Kévin se lève

Kévin : J’espère que tu seras la quand je te demanderais de m’épouser.

Lucy : Tu me diras où et quand.

 

Ils s’enlacent et s’embrassent.

Annie prépare le lit et Eric arrive.

Eric : Je te demande pardon pour t’avoir dit la FERME et m’être fâché.

Annie : J’accepte tes excuses chérie. Tu n’es pas fâché à cause de cette association de pasteurs ?

Eric : Je l’étais mais c’est fini.

Annie : Parce que tu as besoin d’être aidé.

Eric : Non, non c’est pas ça, j’ai besoin de défi, tu sais que j’aime les défis. Je leur montrerai.

Annie : Quoi ?

Eric : Que je peux changer surtout agir d’une façon différente.

Annie : Une revanche ?

Eric : Non, je n’appellerais pas ça une revanche, j’appellerais ça ne pas avoir peur. Et tu sais pourquoi je n’ai pas peur ?

Annie : Non

Eric : Parce que j’ai réalisé quelque chose. J’ai réalisé que

 

Eric chante avec les jumeaux.

Eric et les jumeaux : Jésus nous aimes, nous le savons c’est écrit dans la bible. Jésus nous aime, nous le savons, qu’on soit petit ou grand, oui Jésus nous aime, nous le savons.

Annie : Non, c’est pas bien, ça ne présage rien de bien, ça a l’air bien mais c’est pas bien.

 

Scrip rédigé par Maud

 
     

Attention, tous les documents présents sur ce site sont soumis aux règles du Copyright. Toute copie totale où partielle est interdite et passible de poursuites.

©2001-2012 Johanna Benard (créations en Flash par François)