Saison 1 en VF



Commandez le coffret sur le site de la FNAC
 
     
     
 
6.18 "La bague au doigt"



A télécharger en VF
 
     
     
 
Script 211

2.11 : AGIS, REAGIS, OU RESTE HORS DU COUP

 

LE SOIR APRES LE DINER, PENDANT QUE MATT ET MARY DEBARRASSENT LA TABLE. SIMON FAIT SON PREMIER NUMERO. (Il VEUT ETRE MAGICIEN)

SIMON : Maman ! Maman ! Maman ! Hé ! Regarde ! Regarde !

IL TENTE DE TIRER LA NAPPE AVEC UNE ASSIETTE PLEINE DESSUS.

ANNIE : Simon, arrête, …

SIMON : Regarde, maman.

ANNIE : … ne fais pas ça.

SIMON : Ta da.

IL TIRE SI BRUSQUEMENT LA NAPPE QUE L’ASSIETTE SE RENVERSE.

ANNIE (en hurlant) : Non ! Simon !

SIMON : Aaah ! Avoue que cette fois, ça a failli marcher. (Annie soupire. Simon retourne l’assiette) T’inquiète ! Dès que j’aurai reçu mon kit de magicien avec les instructions, je serai capable de tirer une nappe avec des couverts dessus. (Annie n’a pas l’air d’y croire) Vous ne me croyez pas. Qui vivra, verra.

LE TELEPHONE SONNE.

MARY : Je réponds.

MARY S’EN VA, UN MOMENT.

ANNIE : Ah ! J’espère que c’est votre père. Il devrait déjà être là. Ce n’est pas dans ses habitudes de rentrer aussi tard sans appeler.

MARY REVIENT AUSSITÔT.

MARY (à Lucy) : C’est pour toi. Encore !

LUCY : Ah ! Je … je le prends dans la cuisine. Hein ! (Elle s’en va)

ANNIE : Je trouve aussi que Lucy reçoit beaucoup d’appels, ce soir.

MARY : Quoi ? Je suis au courant de rien, hein. Je te le jure. (Matt arrive)

ANNIE (à Mary) : Ah ! Et comment se passe la reprise des entraînements avec ton coach ?

MARY : Aaah ! Super bien. Mr. Koper est un coach génial. Il m’a dit que si je me concentrais sur mes lancers francs, je pourrais réintégrer l’équipe. Tu savais qu’on lui a proposé d’être entraîneur en NBA et qu’il a préféré devenir prof ?

MATT : Et toi, t’as gobé ça ?

SIMON : Maman, peut-être que papa est retenu par des aliens qui le prennent pour Dieu, parce qu’ils l’ont trouvé dans l’église et qu’ils pensent qu’il a des pouvoirs surnaturels. Alors, ils vont le ramener dans leur vaisseau pour pouvoir l’étudier.

ROSIE : Oui, ou peut-être qu’il s’est arrêté pour acheter de la glace.

ERIC ARRIVE EN CLAQUANT LA PORTE.

ERIC : Me voilà.

ANNIE : Ho ! Ho ! Ho ! Ho !

ERIC : Je suis désolé d’être en retard. (Baiser)

ANNIE : Mais qu’est-ce qui s’est passé ?

ERIC : J’ai une grande nouvelle à vous annoncer. Vous êtes prêts ? Ecoutez ça. La télévision locale a demandé aux églises de notre communauté de retransmettre l’office du dimanche en direct et l’église qui obtiendra le plus d’audience se verra confier une émission dominicale hebdomadaire. L’office télévisé chaque dimanche. Et autre chose, notre église est la première sur la liste. (Il prend un ton jovial) Je vais passer à la télévision, dimanche prochain. Moi !

MARY : C’est super, papa.

MATT : Ouais, c’est cool.

SIMON : Je croyais que tu étais avec les aliens.

ROSIE : Papa, tu nous as ramené de la glace ?

ERIC : Euh … euh … (Lucy arrive)

LUCY : Qu’est-ce qui se passe ? J’ai raté quelque chose ?

ERIC : Vraiment peu de choses.

ANNIE (caressant Eric) : Hm ! Hm !
 

GENERIQUE
 

UN AUTRE JOUR …
 

ANNIE ENTEND SONNER LE TELEPHONE, MAIS ELLE EST TROP CHARGEE. ELLE DEMANDE À ERIC DE DECROCHER.

ANNIE : Eric ! Eric, tu peux répondre ?

COMME CELUI-CI TARDE A VENIR, ELLE DEPOSE SON BALAI ET DECROCHE.

ANNIE : Allo ! (Eric vient en courant)

ERIC (en accourant) : Non ! Non, c’est Mme Hinckle.

ANNIE : Ah ! Bonjour, Mme Hinckle. Comment allez-vous ?

ERIC (à Annie) : Elle m’a demandé de passer à la pharmacie, mais je n’ai pas le temps, je dois écrire mon sermon.

ANNIE : Oooh ! Votre collyre. Naturellement. Oui, oui, je suis sûre qu’il allait vous appeler mais il est tellement occupé à écrire son sermon pour l’office télévisé de dimanche. Oui, oui, bien sûr, nous sommes tous un peu survoltés. (…) Mme Hinckle, et … et si je m’occupais de ça à sa place ? (Eric murmure) Oh ! Non, non, ça ne me dérange pas. (Eric lui embrasse le bras) Non, non, Mme Hinckle. Bon, alors, je vous dis « à tout à l’heure ». Au revoir. (Elle décroche)

ERIC : Ca ne t’ennuie pas, au moins ?

ANNIE : Non, pas du tout …

ERIC : Ah !

Annie : … Ca ne m’a pas ennuyée de … d’apporter les aubes décorés chez le teinturier, ce matin.

ERIC : Aaah !

ANNIE : Non, ça … euh … ça ne m’a pas ennuyée d’appeler le chef de la chorale pour lui demander de faire les modifications que tu désirais pour l’office de dimanche.

ERIC : Ah … oui … je … (Murmure)

ANNIE : Non, ça ne m’a pas ennuyée de conduire la secrétaire à l’aéroport. Bon, ça n’a pas été de tout repos avec la cage de ces deux chiens qu’il a fallu entrer et sortir du minivan mais sinon …

ERIC : Oh ! Je suis désolé de t’avoir ennuyé avec ça mais je te le revaudrai. Eh bien, tu sais, tout ce que je veux, c’est me concentrer … euh … sur mon sermon de dimanche.

ANNIE : Tu t’en sors comment ?

ERIC : Euh … très bien, très bien.

ANNIE : Tu en es sûr ?

ERIC : Non. Enfin, ça … ça … ça va aller. J’ai … j’ai déjà quelques idées.

ANNIE : On est vendredi.

ERIC : Oui, je sais, mais c’est pourquoi je dois me remettre au travail.

ANNIE : Euh … ne pense pas que je dis ça pour me défiler. Mais tu ne crois pas que tes sermons ne sont jamais aussi bons que quand tu t’occupes de … des petites affaires habituelles.

ERIC : Oui, mais, mets-toi à ma place. Je ne peux pas faire ce sermon comme si de rien n’était. Celui-ci va passer en direct à la télévision. Il faut que je lui donne un sens particulier.

ANNIE : Je comprends. Ne t’inquiète pas, je sais pertinemment combien c’est important pour l’église. Ha !

ERIC : Ah ! Une dernière petite chose. Le jardinier est malade, euh … tu pourrais mettre ta main verte au Service des Massifs dans l’église ? Oui, ils ont l’intention de commencer par un plan de la façade et tu sais, c’est la première impression qui compte.

ANNIE : D’accord. Je verrai ce que je peux faire.

ERIC : Tu es formidable. Ah ! Euh … pendant que tu es sur place, tu pourrais jeter un coup d’œil aux plantes à l’intérieur de l’église et peut-être penser à rajouter …

ANNIE : Euh … ben, laisse-moi deviner. Et quelques bouquets de fleurs pour dimanche.

ERIC : Voilà !

ANNIE : Tu peux compter sur moi. Oh ! Au fait, de mon côté, j’ai préparé un rôti que j’ai mis dans le réfrigérateur. Euh … il faut le mettre au four à quinze heures. Est-ce que je peux compter sur toi ?

ERIC : Mais oui, bien sûr. Oui, oui, ce sera fait.

ANNIE : Euh … tu mets le thermostat à cent quatre-vingts.

ERIC : Oui. Cent …

ANNIE : Cent quatre-vingts, hein ?

ERIC : Cent quatre-vingts. D’accord.

ANNIE : Euh … je te mettrai un mot et je pense être rentrée avant qu’il ne soit carbonisé.

ERIC : Oh ! Ne t’inquiète pas, c’est comme si c’était fait.

ANNIE : Merci. Ha !

ERIC S’EN VA.
 

AU LYCEE, DANS LA CLASSE DE LUCY, Mme FISCHER REMET À SES ELEVES, LEUR COPIE DONT LES NOTES SONT TRES BASSES.

Mme FISCHER : Je vous rappelle que ces notes seront prises en compte pour votre moyenne générale. Si elles se révèlent en deçà de vos espérances, considérez-les comme un avertissement.

LUCY : Merci.

Mme FISCHER : Il vous reste encore la moitié du semestre pour vous rattraper … Je vous demande de me ramener vos copies d’ici lundi, signées par vos parents. C’est entendu ?

PERSONNE NE REPOND. DEUX GARCONS SE METTENT À PARLER À LUCY.

L’AMI DE TODD : Hé ! Lucy ! (Celle-ci se retourne) Bienvenue près du radiateur.

TODD : Ah ! C’est balèse. Je n’ai rien fichu et j’ai eu un D. Il était temps que tu prennes une taule, hein. Tu commençais à faire tache au milieu de la bande.

LUCY : Merci de me remonter le moral. (La sonnerie retentit)

CHRISTINE (à Lucy) : Je t’appelle dès que je rentre.

TODD (à Lucy) : Oui, moi aussi.

L’AMI DE TODD (à Lucy) : N’aie plus le droit d’appelez de chez moi.

TOUS LES ELEVES QUITTENT LA CLASSE. LUCY ET SES TROIS COPAINS SE RETROUVENT DANS LE HALL.

CHRISTINE (à Lucy) : Ne te fais pas de bile. Tu signes toi-même et personne n’y verra rien.

TODD : Je te les signe, si tu veux. C’est quoi, le nom de famille de tes parents ?

LUCY : Camden, le même que le mien.

L’AMI DE TODD : Wouah ! Ce n’est pas commun. Donne, je vais te le signer, moi.

LUCY : Euh … euh … non, ça ira. Merci quand même.

CHRISTINE : T’es sûre ? (Lucy répond que oui) Bon, alors, à demain.

LUCY : Oui ! A demain.

TODD : Salut.

L’AMI DE TODD : Salut.

LES TROIS COPAINS DE LUCY S’EN VONT. MATT ARRIVE.

MATT : Un problème avec ces cancrelats ?

LUCY : Ces cancrelats ?

MATT : Ouais, je connais bien Todd, il était dans ma classe avant. Qu’est-ce que tu fabriques avec eux ?

LUCY : Ils sont gentils. Bon, ils ne sont pas très doués pour les études, c’est vrai. Mais, euh … Todd est sérieux. Il va à l’église, hein.

MATT : Je n’ai jamais dit qu’il n’était pas sérieux mais il travaillait mieux quand il ne traînait pas avec les cancres.

MATT REGARDE LES NOTES DE LUCY.

MATT : Oooh ! Si t’avais pas compris, il fallait me demander de t’expliquer.

LUCY : Oui, mais je croyais avoir tout compris, enfin, un peu mieux que ça, en tout cas.

MATT : T’as l’intention de le faire signer par qui ?

LUCY : C’est une proposition ?

MATT : Non.

LUCY : Ah ! Dommage. Ecoute, j’ai eu une mauvaise note, et alors ? Où est le problème ?

MATT : J’espère que maman et papa sont du même avis.
 

Mr. KOPER POSE UNE AFFICHE SUR LE MUR. MARY SE JOINT A LUI.

MARY : Bonjour, coach.

Mr. KOPER : Bonjour, Mary. Alors, ce genou ?

MARY : Super. Je refais des flexions, du cardio-training et j’ai fait cent pompes, hier soir.

Mr. KOPER : Je n’attendais pas moins de toi. Alors, comment tu te sens ?

MARY : Beaucoup plus forte. Je peux vous montrer sur le terrain ce dont je suis capable.

Mr. KOPER (en riant) : Hm ! Ha ! C’est super. Alors, rendez-vous dans euh … disons, vingt minutes.

MARY : Très bien, j’y serais.

Mr. KOPER : A tout de suite.

Mr. KOPER S’EN VA. TROIS FILLES DE L’EQUIPE DE BASKET ARRIVENT ET PARLENT À MARY.

COREY : Camden ! Tu viens à l’entraînement, aujourd’hui ?

CHERYL : Oh oui ! Ce serait génial. On a besoin de toi. On est en train de descendre au classement.

MARY : Oui, je sais, mais je suis encore en rééducation.

LINDA : Ce n’est pas trop dur ?

MARY : Non, ça va. Mr. Koper pense que je pourrais reprendre dans une semaine ou deux.

COREY : Oh ! Dépêche-toi, parce qu’on va toucher le fond.

MARY : C’est agréable de savoir qu’on manque aux copines.

CHERYL : Il paraît qu’on va avoir une nouvelle dans l’équipe, un transfert. Elle sera là, aujourd’hui. Elle s’appelle Diane quelque chose.

MARY : Un transfert de quel club ?

COREY : Je n’en ai jamais entendu parler. Elle ne doit pas être si terrible.

MARY : Je passerai peut-être vous dire bonjour avant d’aller en salle de muscu.

CHERYL : D’accord. On t’attend.

MARY : A tout à l’heure au gymnase ?

CHERYL : Oui. Salut.

LES TROIS FILLES S’EN VONT. MATT ET LUCY ARRIVENT.

MARY : Matt, tu passes me prendre à cinq heures ?

MATT : Oui, ben, attends-moi devant la porte, que je n’ai pas à entrer dans la salle.

MARY : Hmm ! Tu as peur de rencontrer Mr. Koper ?

MATT : Ah ! Mais, t’as fait l’école du rire, toi ?

MARY : Ouais, c’est ça. (Elle s’en va)
 

DANS SON BUREAU, ERIC S’AMUSE À LANCER DES ELASTIQUES AVEC SON CRAYON. LE SECOND ATTERRIT SUR HAPPY QUI S’ASSIED TRANQUILLEMENT SUR UN FAUTEUIL. ELLE EN A EU PEUR

ERIC (à Happy) : Oh ! Excuse-moi. Excuse-moi. C’est parti tout seul et j’ai essayé de me concentrer. Ne t’inquiète pas, je … je vais faire attention.

HAPPY, EFFRAYEE, DESCEND DU FAUTEUIL.

ERIC : Happy ! Où est-ce que tu vas ? Non, reste ici. Assis ! (Malheureusement, elle se sauvé) Euh … Oooh !

ERIC POUSSE UN ENORME SOUPIR ET SE CONCENTRE SUR SON TRAVAIL.
 

LES ENFANTS CAMDEN, EXCEPTEE MARY, REVIENNENT DE L’ECOLE.

SIMON : On est rentré, M’man.

ROSIE : M’man.

MATT SE SERT À BOIRE DANS LE FRIGO. LUCY DECOUVRE QUE SIMON A RECU UN COLIS.

LUCY (à Simon) : Oh ! C’est ton jour de chance, Houdini.

SIMON : Ouais. Ma panoplie de magicien.

IL S’EMPARE DU COLIS ET MONTE DANS SA CHAMBRE AVEC ROSIE. LE TELEPHONE SONNE. MATT DECROCHE. LUCY ACCOURT.

MATT : Allo. (…) Oui, une seconde. (Il parle à Lucy) C’est pour toi. A ta place, je ne me ferais pas avoir, accroché au téléphone, toute la soirée. Plus vite tu te mettras au travail, plus vite les parents oublieront ton D.

LUCY : Ecoute, ne sois pas paternaliste avec moi, hein. Je suis assez grande. (au téléphone) Oui. (Elle s’en va en riant aux éclats)

ANNIE ARRIVE EN TRES MAUVAIS ETAT. MATT S’EN APERCOIT.

MATT : Euh … maman, tu sais, si tu veux lancer une mode, le « grunge », c’est dépassé.

ANNIE : Ouais, je sais. Je me suis battue avec le tuyau d’arrosage et c’est lui qui a gagné. Hum !

ELLE OUVRE LE FRIGO. ELLE CONSTATE QUE LE ROTI Y EST ENCORE. C’EST À CE MOMENT-LA QU’ERIC ARRIVE.

ERIC : Alors, chérie, tout s’est bien …

ANNIE EST TRES EN COLERE CONTRE ERIC ET LUI MONTRE LE ROTI QU’IL AVAIT OUBLIE DE METTRE DANS LE FOUR.

ANNIE (dévastée) : Ha ! Ha !

ERIC : Je m’en occupe.

CELA FINIT PAR UNE BAGARRE.

ANNIE : Non, c’est trop tard.

ERIC : Non, non, je m’en occupe.

ANNIE : Laisse … laisse.

ERIC : Non, laisse, je vais le mettre dans le four. Euh … à cent quatre-vingts ? C’est ça ? Non, laisse, je te dis, mais je … je m’en occupe.

ANNIE : Hmm !
 

ROSIE ET SIMON SONT DANS LEUR CHAMBRE.

SIMON : Avant que je te montre quoi que ce soit, tu dois me jurer d’être ma fidèle assistante … (Il lit le fascicule) et que tu emmèneras dans ta tombe, tous mes secrets de magie et de prestidigitation.

ROSIE : Je veux bien jurer ce que tu veux, sauf la partie « fidèle assistante ».

SIMON : Pourquoi ? Tous les grands magiciens ont des assistantes.

ROSIE : Je ne veux pas te vexer mais, tu n’es pas vraiment un grand magicien. Tu ne sais même pas faire un seul tour.

SIMON : Tu sais que les assistantes portent un costume de scène genre maillot de bain et un boa en plume autour du cou. Ca te plairait ?

ROSIE : Qu’est-ce que tu porteras ?

SIMON : Comme tous les grands magiciens : un pantalon noir, une chemise noire et une cape noire.

ROSIE : Et moi, je me retrouve en maillot de bain ? Je veux une cape, moi aussi.

SIMON : Non, seul le magicien porte la cape. Et puis, je croyais que tu aimais être en maillot de bain.

ROSIE : Oui, c’est vrai, j’aime ça à la piscine, mais je n’ai pas envie d’avoir l’air idiote en petite culotte à côté de toi, tout habillé.

SIMON : De toute façon, ce n’est pas toi, la magicienne.

ROSIE : Eh bien, euh … si je ne peux pas être magicienne, alors je ne serai rien du tout.

ROSIE SE FACHE ET PUIS, S’EN VA. SIMON S’ASSIED ET PARLE À HAPPY.

SIMON : Tu veux bien être mon assistante, toi ?

MAIS HAPPY REPOND PAR UN GEMISSEMENT ET PUIS S’EN VA. SIMON NE SAIT PLUS OU DONNER DE LA TETE.
 

MARY SE REND AU GYMNASE OU ELLE A RENDEZ-VOUS AVEC Mr. KOPER.

MARY : Cheryl, t’as vu Mr. Koper ? On avait rendez-vous en salle de gym et il n’est pas venu.

CHERYL : Oui, il est là. Tu le vois ?

EN EFFET, Mr. KOPER EST OCCUPE AVEC LA NOUVELLE JOUEUSE, DIANE BUTLER. MARY S’APPROCHE D’EUX ET REGARDE CELLE-CI JOUER. ELLE S’EN SORT AUSSI BIEN QUE MARY.

Mr. KOPER (à Diane, après qu’elle ait marqué trois paniers) : Joli ! Ouais.

MARY CONTINUE À REGARDER DIANE ET EST TRES JALOUSE DE SA PERFORMANCE. APRES DEUX AUTRES PANIERS MARQUES, TOUT L’EQUIPE APPLAUDIT.

Mr. KOPER (après deux paniers marqués) : Excellent … (après un panier marqué) Ouais ! Yeah ! Super ! Allez, vas-y ! (après un panier marqué) Oui, c’est superbe ! Bravo ! Eh ben, ça y est. Je crois qu’on a trouvé une toute nouvelle marqueuse. Merci, Diane. (Il parle à Mary) Je suis désolé, Mary, je t’ai complètement oubliée. Euh … écoute, je te propose de suivre le programme d’exercice que je t’ai conseillé. Mais vas-y doucement. Il faut que je prenne en charge, Diane. Je te la présente ?

MARY : Euh … non merci, plus tard. D’accord ?

Mr. KOPER : D’accord.

IL S’EN VA REJOINDRE L’EQUIPE.

Mr. KOPER : Allez ! On s’y remet. Merci bien.
 

LE SOIR, ROSIE ET SIMON SONT DANS LEUR CHAMBRE. CE DERNIER SE MET À EXECUTER UN NUMERO … AVEC UN CRAYON.

ROSIE : Fais-le encore.

SIMON (après avoir exécuté son numéro) : T’as vu ? Le Grand Simon a transformé un crayon ordinaire en caoutchouc et la roue transformée en bois.

ROSIE (en s’emparant du crayon) : Ouais, c’est du bois. C’est vrai, mais n’importe qui peut faire ça.

SIMON : Ah ouais ? Qu’est-ce que t’as dans l’oreille ?

ROSIE : Quoi ?

SIMON RETIRE LA PIECE DE L’OREILLE DE ROSIE.

SIMON : On dirait que cette petite tête est remplie de pièces.

ROSIE : Alors, rends-la-moi. Cette pièce m’appartient. Tu pourrais me sortir une pièce de un dollar ?

SIMON : Ouais, je pourrais. Mais je n’ai pas envie.

APRES LE CRAYON ET LA PIECE DE MONNAIE, SIMON EXECUTE UN AUTRE NUMERO : FAIRE DISPARAITRE SA BAGUETTE MAGIQUE.

ROSIE : Comment t’as fait ?

SIMON : Seul mon assistante a le droit de connaître tous mes secrets.

ROSIE : Comme je ne le saurai jamais, eh bien, je n’ai plus qu’à aller demander à grand-père. Il me répondra.

SIMON : Ah ! Bonne chance.

ROSIE QUITTE LA PIECE. HAPPY S’AVANCE EN GEMISSANT.

SIMON : Tu veux que je sorte une pièce de ton oreille comme je l’ai fait à Rosie ?

HAPPY S’EN VA EN GEMISSANT.
 

CA FAIT UN CERTAIN TEMPS QU’ERIC ESSAIE D’ECRIRE SON SERMON. IL SE TROUVE À COURT D’IDEES.

ERIC (en se levant) : Brrr !

ENSUITE, IL ALLUME LE POSTE DE RADIO. IL TOMBE SUR UNE TOUTE VIEILLE CHANSON (« MASHED POTATO TIME » PAR DEE DEE SHARP), IL FAIT SEMBLANT DE CHANTER DEVANT UN MICRO. AU MOMENT OU IL SE MET A DANSER, ROSIE OUVRE DISCRETEMENT LA PORTE ET SUIT L’EXEMPLE DE SON PERE. AU MOMENT OU IL APERCOIT ROSIE DANS CETTE PIECE, IL ETEINT LA RADIO.

ERIC : Ah ! T’es là, toi ?

ROSIE : Tu danses bien.

ERIC : Merci.

ROSIE : Je voulais te demander quelque chose, papa.

ERIC : Euh … c’est important ? Parce que tu vois, je … j’essaie d’écrire.

ROSIE : Je croyais que tu essayais de danser.

ERIC : Voilà ! Eh bien, en fait, je … j’essayais de faire passer un blocage.

ROSIE : Quel blocage ?

ERIC : Il est … hmm… dans … dans ma tête.

ROSIE : Ma tête est bloquée aussi et il y a de l’argent dedans et je ne peux pas le sortir.

ERIC : Rosie, tu veux bien qu’on en parle plus tard ? Je … il faut absolument que j’écrive un sermon exceptionnel. Dimanche, je vais passer à la télé.

ROSIE : Ouais, ouais, d’accord, j’ai compris.

ELLE QUITTE LA PIECE, MECONTENT ET VA DANS LA CUISINE OU ANNIE PREPARE LE DINER.

ROSIE : Aaah ! Je n’en peux plus. J’ai une faim de loup.

ANNIE : Je vais te donner quelque chose pour patienter.

ELLE SORT UNE BOITE DE CEREALES DE L’ARMOIRE.

ANNIE : Le dîner sera bientôt prêt. Tiens, en attendant.

ROSIE : Tu sais que papa sait danser et qu’il a un blocage dans sa tête ?

ANNIE : Aaah ! Oui, chérie, beaucoup d’hommes font des blocages mais le sien devrait bientôt disparaître.

ROSIE : Est-ce que tu sais sortir des pièces de l’oreille de quelqu’un ?

ANNIE : Non, mais demande plutôt à Simon.

ROSIE EST DESESPEREE.
 

MARY EST EN TRAIN DE JOUER AU BASKET DANS LA COUR ET S’EN SORT TRES MAL. CELA EST DU A SA JALOUSIE. QUAND IL VOIT MATT, ELLE A L’AIR PARTICULIEREMENT IRRITEE.

MARY (gênée par la présence de Matt) : Quoi ?

MATT : Non, rien. Je vois que Mr. Koper a fait des prodiges.

MARY (très irritée) : Ah ! Ca va !

ELLE LUI RENVOIE VIOLEMMENT LE BALLON.

MATT : Si on ne peut plus plaisanter.

MARY : Je ne suis pas d’humeur à plaisanter.

MATT : Qu’est-ce qu’il y a ?

MARY : Rien, à part que je joue comme un pied, que j’ai perdu ma technique et que je me déplace à deux à l’heure, sinon ça va.

MATT : Je t’ai fait entrer dans l’équipe. Je peux t’aider à la réintégrer.

MARY : Je n’ai pas besoin de ton aide.

MATT : Eh ben, on ne le dirait pas.

MARY LE REPOUSSE.

MATT : Mais enfin ! Qu’est-ce qu’il y a ?

MARY : Laisse-moi passer.

MATT : Dis-moi d’abord ce qu’il y a.

MARY CONTINUE À LE REPOUSSER ET PUIS S’EN VA. PENDANT CE TEMPS-LA, A LA MAISON …

ROSIE : Moi, je veux être magicienne, pas assistante de magicien.

MARY ARRIVE, TOUJOURS DE MAUVAISE HUMEUR.

ANNIE : Ah ! Tu tombes bien. Mets le couvert.

MARY NE REPOND PAS ET MONTE DANS SA CHAMBRE. MATT ARRIVE À SON TOUR.

ANNIE : Euh … Matt, ne va pas dans la salle à manger les mains vides.

IL PREND LE PLAT DE PETITS PAINS ET LE POSE SUR LA TABLE. LE SON D’UNE MINUTERIE SE FAIT ENTENDRE. ANNIE OUVRE LE FOUR.

ROSIE : Je vais mettre le couvert.

ANNIE : Merci.

ANNIE REGLE LA TEMPERATURE DU FOUR, TANDIS QUE ROSIE MET LA TABLE.

ANNIE : Hum !

MARY S’ALLONGE SUR SON LIT, TANDIS QUE LUCY EST OCCUPEE AU TELEPHONE. A CET INSTANT, MATT ARRIVE.

MATT (énervée) : Quel est le problème ?

MARY : Ca ne te regarde pas.

LUCY (en hurlant) : Vous ne voyez pas que je suis occupée ?

MATT ET MARY : Alors, raccroche.

LUCY : Je te laisse. (Elle raccroche) Je ne te fais jamais ça quand tu téléphones à tes amis.

MATT : Mes amis ne sont pas des cancres qui me tirent vers le bas.

MARY : Qu’est-ce qui te permet de juger les fréquentations de Lucy ?

MATT (à Mary) : Très bien. Elle t’a dit qu’elle a eu un D à son partiel d’histoire ?

MARY (à Lucy) : Tu t’es plantée en histoire ?

LUCY : Et toi, t’abandonnes le basket-ball ?

MATT : Quoi ?

MARY : Ce n’est pas la peine d’aller tout répéter aux parents, c’est à moi de le faire.

LUCY : Tais-toi.

MALHEUREUSEMENT, ANNIE A ENTENDU LA DISCUSSION. ELLE ARRIVE.

ANNIE : Qu’est-ce qu’il ne faut pas dire aux parents ?

MARY : J’abandonne le basket-ball.

MATT : Elle dit n’importe quoi.

MARY (à Matt) : Toi, occupe-toi de tes affaires.

ANNIE : Ho ! Ca suffit, vous deux. Lucy ?

MATT : Elle a eu un D à son partiel d’histoire.

MARY : Elle doit le faire signer par les parents.

MATT (en voyant Annie dévastée) : T’inquiète, maman. Elle n’est pas encore au niveau de ses nouveaux copains cancres.

LUCY : De quoi je me mêle ? Mary abandonne le basket parce qu’elle ne supporte pas que son coach s’occupe de la nouvelle qui est hyper bonne.

MATT : Comment ça ? Quelle nouvelle ?

ROSIE ARRIVE DISCRETEMENT EN PLEIN MILIEU DE LA DISCUSSION.

ANNIE : Euh … Rosie ! Descends et finis de mettre le couvert.

ROSIE : Mais je n’entendrai rien, en bas, maman.

ANNIE LA REGARDE FROIDEMENT. ROSIE TEMOIGNE SON MECONTENTEMENT ET PUIS S’EN VA. SIMON ARRIVE À SON TOUR.

SIMON : Hé ! Vous voulez que le Grand Simoni sorte des pièces de vos oreilles ?

MATT, MARY ET LUCY : Non.

SIMON : Bon. Vous ne savez pas ce que vous ratez.

ANNIE : Simon, va te laver les mains. Le dîner est prêt. On arrive dans une minute.

SIMON : Je ramène le martinet ?

ANNIE : Dehors.

SIMON S’EN VA ET DESCEND.

ANNIE (à Lucy) : Il faut qu’on se parle.

PENDANT CE TEMPS-LA, ROSIE EST SEULE DANS LA CUISINE. ELLE EST OCCUPEE À METTRE LA TABLE. SOUDAIN, LE TELEPHONE SONNE. ELLE DECROCHE.

ROSIE : Allo.

COLONEL : Ah ! Rosie ! C’est toi ?

ROSIE : Oui, c’est moi. C’est grand-père … enfin, le Colonel.

COLONEL : Affirmatif. Comment se fait-il que tu répondes ? Où est passé tout le monde ?

ROSIE : Papa danse dans son bureau parce qu’il a un blocage dans la tête. Il passe à la télévision, dimanche. Et maman est en haut en train de gronder Matt, Mary et Lucy.

COLONEL : Qu’est-ce qu’ils ont fait ?

ROSIE : Matt se disputait avec Mary parce qu’elle arrête le basket-ball. Et Lucy a eu un D à son devoir d’histoire.

COLONEL : Et mon … mon … mon petit-fils ? Le blond, euh … Simon ?

ROSIE : Lui, il se prend pour le Grand Simoni.

COLONEL : Quoi ?

ROSIE : Simon veut devenir magicien.

COLONEL : Je hais les magiciens. Bien. Et toi, mon petit cœur, euh … qu’est-ce que tu deviens ?

ROSIE (constatant de la fumée qui sort du four et des grésillements): Je suis morte de faim. On n’a pas encore dîné, et il me semble que le rôti est en train de brûler.

COLONEL : Comment ça ?

ROSIE : Il y a de la fumée qui sort du four.

COLONEL : Rosie, raccroche le téléphone tout de suite et appelle ta mère. Soldat, c’est un ordre.

ROSIE : Oui, mon Colonel.

ELLE RACCROCHE AUSSITOT. CHEZ LE COLONEL …

COLONEL (à Ruth) : Chérie ? Prépare mon paquetage. Je pars en mission.
 

LE LENDEMAIN …

ERIC EST TOUJOURS DANS SON BUREAU. IL MANGE DES BEIGNETS. QUELQUES SECONDES APRES, QUELQU’UN SONNE À LA PORTE.

ERIC (la bouche pleine) : Quelqu’un va ouvrir ?

DES LA DEUXIEME FOIS, ERIC SE LEVE.

ERIC (intrigué) : Où ils sont tous ?

IL OUVRE LA PORTE. C’EST LE COLONEL. ERIC LE REGARDE FROIDEMENT.

COLONEL : Fils ! Rassure-toi. Ta mère et moi allons bien et je sais que ce n’est pas l’époque de ma visite annuelle, mais je suis là en mission.

ERIC : Papa, euh … tu sais, le moment est peut-être mal choisi. Nous sommes un peu sur des charbons ardents.

COLONEL : J’ai appris que tu allais passer à la télévision ?

ERIC (en fermant la porte) : Oui, oui, c’est vrai. Le … le … l’office de demain doit être télévisé. C’est la raison pour laquelle il est impossible que tu accomplisses ta mission. Qu’est-ce qui t’a prévenu ?

COLONEL : Ha ! Ha ! La petite Rosie. Je me suis dit que si tu t’enfermais dans ton bureau, Annie allait monter au front …

ERIC : Ouais …

COLONEL : … et qu’il n’y aurait personne pour garder le Q. G. Tu sais ce qui se passe quand il n’y a personne aux commandes ? La section s’éparpille et va droit en enfer.

ERIC : Ouais …

COLONEL : Allez, allez, repars dans ton bureau et écris un bon sermon. Je m’occupe de l’intendance.

JUSTE AU MOMENT OU LE COLONEL S’APPRETAIT A REPARTIR, ERIC A ENCORE QUELQUES MOTS À LUI DIRE.

ERIC : Attends, papa, euh … écoute. Tu sais combien je t’aime et combien je te respecte. Je suis touché que tu aies sauté dans un avion pour venir nous donner un coup de main, mais … bien que je t’aime et que je te respecte, je me sens terriblement fébrile lorsque tu assistes à mes offices. Et demain est un jour particulier.

COLONEL : Fils, je pense que tu as besoin d’un peu de pression pour faire monter l’adrénaline.

ERIC : Je ne crois pas, papa. Pas cette fois.

COLONEL : Fils, il y a des poissons dans les profondeurs de l’océan capables de tuer n’importe quelle créature vivante, homme compris.

ERIC : Des poissons ?

COLONEL : Si on met ces mêmes poissons dans un aquarium, ils meurent. Ils n’ont pas assez de pression. Tu es un de ces poissons, je suis la petite pression.

ERIC : Je dirais plutôt une énorme pression.

COLONEL : Je te remercie. A présent, demi-tour, gauche ! En avant !

ERIC : Euh … papa.

COLONEL : Marche.

ERIC RETOURNE DANS SON BUREAU. SIMON, ROSIE ET HAPPY DESCENDENT, DONT DEUX VETUS D’UN DEGUISEMENT.

SIMON (à Rosie) : Non. Ca, ce n’est pas un costume de magicien. Ca, c’est un costume d’Halloween.

ROSIE : Ce n’est pas du tout ce que je pense. Happy, c’est mon assistante.

SIMON : Je te dis et je te le répète. Tu ne seras jamais une magicienne.

ROSIE : Ca, c’est toi qui le dis.

COLONEL (en prenant Rosie dans ses bras) : Ha ! Ha ! Ha !

ROSIE : Colonel.

COLONEL : Ah ! Rosie.

SIMON : Colonel, qu’est-ce que tu fais ici ?

COLONEL : Secret défense. Des nouvelles du côté obscur de la force ? Au rapport !

SIMON : Je veux être magicien.

COLONEL : Ha ! Ha ! Ha !

SIMON : J’ai besoin d’une assistante, mais Rosie refuse de le faire.

ROSIE : Je ne veux pas être assistante. Je veux être magicienne, moi aussi.

SIMON : Elle veut toujours faire ce que je fais. Ce n’est pas son rêve de devenir magicienne.

COLONEL : Mais c’est le tien.

SIMON : Oui, mon Colonel.

COLONEL (à Rosie) : Tu ne rêves pas de devenir magicienne ?

ROSIE : Non, j’ai juste envie de le faire, mais c’est tout.

COLONEL : Envie ? Mais, ça ne suffit pas, chérie. Rosie, tu ferais mieux d’aider ton frère à réaliser son rêve. Ca ne me réjouit pas à l’idée de voir mon petit fils devenir prestidigitateur. En fait, je m’en méfie. Mais je ne crois pas qu’il abandonne l’idée avant de tomber sur un os.

ROSIE : Mais je ne veux pas être son assistante.

COLONEL : Hm ! Hm !

ROSIE : Oooh ! J’ai compris. D’accord.

COLONEL (en riant) : Hm ! Hm ! Hm ! Aaah !

SIMON (au Colonel) : Tu veux me voir sortir une pièce de l’oreille de Rosie ?

COLONEL : Bien sûr.

SIMON REALISE CE TOUR DEVANT LE COLONEL. CELUI-CI N’Y CROIT PAS. HAPPY SE MET À GEMIR.

COLONEL : Je n’ai jamais vu un aussi piètre magicien de toute ma vie. J’ai vu la pièce du début à la fin. J’aimerais que vous montiez tous les deux dans votre chambre et que vous répétiez ce numéro jusqu’à ce que l’illusion soit parfaite.

ROSIE : Combien de pièces est-ce que Simon doit sortir de mon oreille ?

COLONEL : Autant de pièces qu’il faudra pour vous envoyer tous les deux au pays de Ruth. Vous voyez tous ces jouets dans le salon ? Eh bien, j’aimerais que vous les fassiez disparaître sous mon regard vigilent. Hm ?

ROSIE (en se dirigeant au salon) : Maman n’est jamais là quand on a besoin d’elle.

SIMON (en se dirigeant au salon) : Elle fait le boulot de papa.

PENDANT CE TEMPS-LA, MATT ET MARY SE PARLENT DANS LA CUISINE.

MATT : Oublie cette fille. Laisse Koper essayer de s’occuper d’elle et moi, je te ferai travailler. Je suis meilleur que lui, de toute façon. Ca, tu le sais. Je connais tes faiblesses, moi.

LE COLONEL ARRIVE.

MARY : Colonel, quelle surprise. (Elle le prend dans ses bras)

COLONEL : Bonjour, Mary. Hi ! Hi ! Je suis venu vous donner un coup de main. Ha ! Alors, j’ai entendu dire que tu arrêtes le basket-ball ?

MARY : Comment est-ce que tu le sais ?

COLONEL : J’étais dans la Marine. Il n’y a rien que j’ignore.

MARY : J’espère que tu n’es pas venu d’aussi loin parce que j’arrêtais le basket.

MATT : Oh oui, parce que si c’est le cas, euh … ce n’était pas la peine, hein. Je peux m’en occuper.

COLONEL : Hm ! Ca ! Trois poils au menton, ça voudrait donner des leçons. Hum ! Hum ! Matt, il n’y a rien à arranger, mon petit. Laisse tomber, Mary.

MARY : Tu crois ?

COLONEL : Oui, il n’y a même pas de quoi hésiter.

MARY : Hein ?

COLONEL : J’ai appris qu’il y avait une nouvelle dans l’équipe

MARY : Oui, elle vient d’être transférée et tout le monde trouve qu’elle est super.

COLONEL : Foutaises. Elle n’a pas encore gagné sa place sur le terrain. Et puis, qui voudrait appartenir à une équipe qui laisse tomber sa joueuse vedette et qui travaille dur pour revenir au niveau qui était le sien ? Non, ma petite-fille ne veut pas être la dauphine de quelqu’un qui ne le mérite pas.

MARY : On ne m’a pas laissé tomber. C’est moi qui m’en vais.

COLONEL : Tu as raison. Tu trouveras un autre sport. D’ici là, ta famille a besoin de toi. Tiens, prends ces serviettes et mets-toi au travail. Il y a plein de linge sur la table.

MARY : C’est du linge propre. Il faut juste le repasser.

COLONEL : Ah !

MARY MET LE LINGE SUR LA TABLE ET S’EN VA.

MATT : Tu peux m’expliquer ?

COLONEL : Il faut savoir se rendre utile et comment se rendre utile. Mais si tu ne saisis ni l’un, ni l’autre, faut avoir l’humilité de se faire oublier.

MATT : Quoi ?

COLONEL : Agis, réagis, ou reste hors du coup.

MATT : Mais je réagis. J’essaie d’aider ma sœur, mais pas de la même façon que toi, c’est tout.

COLONEL : Une fois que Mary s’autorisera à détester cette nouvelle fille, elle pourra encaisser l’abandon de l’équipe. Tu t’y connais en fer à repasser ?

MATT : Quoi ? Euh … Oui, oui, je sais repasser.

COLONEL : Formidable. Tu me donnes un coup de main ? Prends le fer à repasser, tu es de corvée. Ta famille a besoin de toi, soldat.

MATT : Non, mais je rêve. Je ne fais pas de repassage, moi.

MATT S’EN VA. LE COLONEL VA CHERCHER LA PLANCHE À REPASSER. IL CROISE LUCY, QUI L’ACCUEILLE FROIDEMENT.

COLONEL : Bonjour. (Elle se retourne) Oh ! Quel accueil !

LUCY : Colonel ! Ah ! Quelle surprise ! Je ne savais pas que tu devais venir.

COLONEL : J’ai pour habitude de rester on ne peut plus discret sur mes déplacements. D’après mes renseignements, ça ne marche pas très bien en histoire, pour toi ?

LUCY : Ca ne marche pas si mal que ça, grand-père. J’ai juste eu un D à un partiel. C’est pour ça que tu es venu à la maison ? (Moment de silence) Ah ! Je suis bête. Quelle question.

COLONEL : Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Va donc chercher une éponge et nettoie le plan de travail. J’ai un peu de repassage à faire. Et d’après moi, nous aurons le temps de réviser de la Guerre de Sécession au conflit avec Cuba.

LUCY ET LE COLONEL SE METTENT À L’OUVRAGE, TANDIS QU’ERIC ESSAIE A NOUVEAU D’ECRIRE SON SERMON. APRES UN LONG MOMENT DE REFLEXION, IL PARVIENT A TAPER PLUSIEURS LIGNES, MEME DES PAGES. SIX HEURES PLUS TARD, IL SE MET A L’IMPRIMER.
 

EN CE TEMPS-LA, LUCY ET COLONEL ONT TRAVAILLE PENDANT DE LONGUES HEURES DANS LA CUISINE.

COLONEL : Ah ! Voilà ! C’est terminé. Il nous reste plus qu’à attendre le retour de ta mère.

LUCY : Je me demande comment tu as réussi à faire toutes ces tâches ménagères. Papa en est incapable.

COLONEL : Haaa! Haaa ! C’est parce qu’il n’a jamais eu l’honneur de servir son pays dans les Marines. (Il sort de la nourriture du frigo) Bon. Jeune fille, accepteriez-vous de m’accompagner dans le salon pour déguster ces amuse-gueules ?

LUCY : Euh … j’en serai ravie.

COLONEL ET LUCY SE DIRIGENT DANS LE SALON, LUCY AVEC LES VERRES DE THE GLACE ET LE COLONEL AVEC LES PLATEAUX.

LUCY : Maman va être épatée de voir tout ce qu’on a fait.

COLONEL : Hé ! Hé ! Hé ! (Moment de silence) Très bien. Où en étions-nous ? .

LUCY (en s’asseyant) : A la guerre du Viêt-Nam. Tu disais que les Etats-Unis avaient déplacé la guerre vers le Cambodge ?

COLONEL : Ah oui. Oui, je m’en souviens. (Il s’assied) Vois-tu, ces directives furent très impopulaires, à cette époque-là. Mais aujourd’hui, je peux dire que le président Nixon avait pris la bonne décision. Le Viêt-Kong amassait du matériel militaire de l’autre côté de la frontière, au Cambodge. Ils étaient si proches de la frontière que nos soldats pouvaient les voir, mais ils n’avaient pas droit de franchir la ligne.

LUCY : C’est vrai ? Mais c’est incroyable. Je n’ai jamais appris ça, à l’école.

COLONEL: Hm ! Hm ! Hm ! Hm ! Lucy, tu es une fille intelligente, alors, que signifie ce D ?

LUCY : Euh … je n’en sais rien. J’ai fait une erreur de parcours et j’ai eu une mauvaise note. N’empêche que tout à coup, euh … ma cote de popularité avec les cancres de la classe a augmenté. C’est vrai que c’est plus facile que de se mesurer aux meilleurs élèves, hein. Je ne sais pas pourquoi, mais depuis le D, les garçons font beaucoup plus attention à moi qu’auparavant.

COLONEL : Hm ! Ha ! Ha ! Je vois. Ouais. Hé ! Lucy, est-ce que tu t’es déjà demandé quel genre d’homme apprécie une femme parce qu’elle n’était pas brillante ? Tu sais la raison pour laquelle mon mariage est si heureux et dure depuis aussi longtemps ? C’est que ta grand-mère est la personne la plus intelligente que je connaisse. L’intelligence permet de s’élever. C’est comment dire, euh … dire … disons que je ne serai jamais attiré par une femme que je n’admirerai pas. Ca ne fonctionnerait pas, Lucy.

LUCY : Je suis contente qu’on ait discuté toute la journée, Colonel. Je croyais que tu ne m’aimais pas.

COLONEL : Autant que je me souvienne, c’est la première fois que je peux mettre mon grain de sel dans nos discussions. (Eclats de rire) Si on trinquait ? Hm ?
 

DANS LA COUR, MARY REPREND SON ENTRAINEMENT AU BASKET. MATT LA REGARDE À TRAVERS LA GRILLE.

MARY (en s’écriant) : Whouh !

MATT OUVRE LA GRILLE ET S’APPROCHE DE MARY.

MATT : Le Colonel n’aurait pas dû te dire d’abandonner. Il t’a fait la psychologie du contre-pied.

MARY : Je m’en fiche. Moi, j’abandonne et je me sens libérée.

MATT : Comment tu peux te sentir libérée ?

MARY : Parce que c’est sympa de jouer sans avoir le score pour seul objectif.

ILS SE RENVOIENT LE BALLON. MATT S’EN VA. MARY CONTINUE DE JOUER.

 

LE COLONEL EST EN TRAIN DE SURVEILLER UN PLAT AU FOUR, LORSQUE SOUDAIN, ANNIE ARRIVE.

ANNIE : Oh ! Colonel ! Quel bonheur de vous voir.

COLONEL (en la serrant dans ses bras) : Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Annie ! Quel bonheur ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Vous ne voulez pas savoir pourquoi je suis là ?

ANNIE : Je ne sais pas ce qui me fait dire ça. Mais apparemment, vous êtes là pour nous aider. (Tous deux rient aux éclats)

COLONEL : Oui. Hé ! Hé !

ANNIE CONSTATE QUE LE LINGE EST REPASSE.

ANNIE : Vous avez repassé les draps ?

COLONEL : Oui, et j’ai rangé les vôtres à leur place dans les armoires et les tiroirs. J’ai laissé les draps dehors pour mon lit de camp de ce soir.

ANNIE : Mais enfin, tu ne le pensais pas. C’est Matt qui dormira sur le canapé.

COLONEL : Oh ! Vous savez, j’ai connu pire.

ANNIE : Aaah ! Et vous avez aussi fait un dîner.

COLONEL : Lucy et moi, tout en révisant ses cours d’histoire.

ANNIE : Colonel, c’est formidable. Merci. Merci.

PENDANT LEUR ETREINTE, ERIC ARRIVE DISCRETEMENT AVEC SON SERMON.

ANNIE : Ah ! Merci pour tout.

ERIC : Merci aussi pour tout.

AYANT ENTENDU ERIC, ANNIE SE RETOURNE.

ERIC : J’ai fini mon sermon.

COLONEL : Je savais que tu t’en sortirais.

ERIC : Aaah ! Eh bien, je … j’avais peur que demain arrive trop vite. Et maintenant, je suis impatient d’y être. Et c’est à toi que je le dois.

ANNIE : Oh !

ERIC EMBRASSE ANNIE.

ERIC : Et à toi aussi, papa. Merci.

COLONEL : Un Marine ne fait pas de sentiment. Hm. (Etreinte)

ERIC : Eh ouais !
 

LE LENDEMAIN …

 

LA FAMILLE CAMDEN, LE COLONEL ET LES FIDELES SE RENDENT TOUS À L’EGLISE. DES PERSONNES SONT EN TRAIN DE LES FILMER. POUR COMMENCER, LES CHORISTES, ANNIE ET LE COLONEL CHANTENT « THE WHOLE WORLD IN HIS HANDS ».

ANNIE (à Simon, en plein milieu de la chanson) : Souris.

PUIS, ON VOIT ARRIVER DIANE BUTLER, À LA GRANDE SURPRISE DE MARY. LORSQUE LA MUSIQUE S’ARRETE. MARY APERCOIT CETTE DERNIERE.

MARY (irritée) : Je n’en reviens pas. Elle est là, la grande star du basket. Quel toupet de venir me narguer dans notre église.

TODD ARRIVE ET FAIT SIGNE À LUCY. ERIC REJOINT L’ESTRADE ET LIT SON SERMON.

ERIC : Bonjour à tous. Je souhaite la bienvenue aux fidèles de l’église de la communauté de Glenoak, ainsi qu’aux téléspectateurs qui nous regardent chez eux. C’est un honneur de vous recevoir parmi nous, ce dimanche. Nous avons la chance de compter dans nos rangs, une personnalité exceptionnelle. Un homme qui a traversé le pays pour vivre cette journée avec nous, mon père, le Colonel John Camden. (Il le désigne du doigt) En fait, c’est lui qui m’a inspiré le sermon d’aujourd’hui. Papa était colonel dans les Marines. Il a été décoré pour ses faits d’armes lors de la Seconde Guerre Mondiale et en Corée. Il a acquis la sagesse que procure l’expérience. Moi, il m’a fallu toute une vie pour m’apercevoir que quand il demande son avis, il est sage de l’écouter.

MATT EST EN TRAIN DE SUCER UN BONBON. SIMON EN DEMANDE.

SIMON (à Matt) : Donne-moi z’en un autre, s’il te plaît. (Il le donne à Rosie)

ROSIE : Merci.

SIMON (à Matt) : Tiens ! Un autre !

ERIC : J’ai découvert que plus je me rebellais contre ses conseils avisés, plus je butais sur les pierres du chemin.

SIMON FAIT SORTIR UN BONBON DU NEZ.

SIMON (à Rosie) : Tiens, regarde. Tu le vois, là ?

PUIS, IL LE FAIT DISPARAITRE.

SIMON : Oups ! Tu ne le vois plus.

ERIC : Je peux dire que je suis un privilégié quand l’amour et le soutien de ma famille m’aident à surmonter les épreuves qui se dressent sur ma route …

ROSIE (prenant l’exemple de Simon) : Tu le vois, là ? (Puis elle l’enfonça dans le nez)

ERIC : … et aussi sur celle des fidèles que Dieu m’a confié.

ROSIE (après l’avoir aspiré) : Tu ne le vois plus.

ERIC : Mon père a pour habitude de dire « Agis, réagis ou reste sur la touche.

TOUT À COUP, ROSIE SE MET À HURLER, SIMON A L’AIR AFFOLE. TOUS LES FIDELES DE L’EGLISE SE LEVENT, SE DEMANDANT CE QU’A ROSIE. LES PARENTS CAMDEN ARRIVENT À SON SECOURS.

ERIC : Qu’est-ce qui se passe ?

SIMON (en hurlant) : Elle ne veut plus respirer. Elle s’est coincé un bonbon dans le nez.

ANNIE (à Simon) : Calme-toi. (à Eric) Elle a un bonbon coincé dans la narine.

SIMON : Elle a un bonbon coincé dans la narine.

ERIC : Annie, viens avec moi.

ANNIE : Dépêchons-nous. Vite. Allez, vite.

ERIC : Viens. Ne t’inquiète pas, ma chérie.

ANNIE : Ca va aller, chérie.

ERIC : Ca va aller.

ANNIE : Ca va aller.

LES PARENTS EMMENENT ROSIE D’URGENCE A L’HOPITAL. CETTE HISTOIRE PROVOQUE UN ENORME CHAHUT. LE COLONEL INTERVIENT POUR LES FAIRE TAIRE.

COLONEL : Garde à vous ! Rompez ! Je n’ai jamais vu de manœuvre aussi lente de ma vie.

SIMON ARRIVE CHEZ LE COLONEL, SES FRERES ET SŒURS EN COURANT.

SIMON : Hé ! Maman a réussi à lui dégager le nez. On l’emmène aux urgences pour être sûr que ça va.

SIMON REPART EN COURANT. MARY, LUCY ET MATT ET LE COLONEL S’APPRETENT A QUITTER L’EGLISE. DIANE APERCOIT MARY ET S’APPROCHE D’ELLE.

LUCY (à Matt) : Regarde, c’est la nouvelle.

DIANE : Mary Camden, c’est toi ?

MARY : Oui.

DIANE : Je m’appelle Diane Butler. Ma mère et moi, on cherchait une église et Mr. Koper nous a suggéré celle-ci.

MARY : C’est vrai ?

DIANE : Il a dit que c’était ton père, le pasteur ?

MARY : Oui, c’est lui qui est sorti d’ici en courant. Bienvenue.

DIANE (en souriant): Merci.

MARY : Ce n’est pas comme ça, tous les dimanches.

DIANE : Non. C’est dommage. C’est l’office le plus sympa auquel je n’ai jamais assisté. J’espère que la petite fille n’a rien.

MARY : C’est ma petite sœur, Rosie. Elle va bien, pour une fillette qui a avalé un bonbon par le nez.

DIANE (en riant) : Ha ! Ha ! Je suis impatiente de voir tes tirs à trois points. Il paraît que tu te remets d’une blessure ?

MARY : Oui, j’ai été renversée par une voiture et j’ai une déchirure des tendons du genou.

DIANE : Aaah ! Je suis passée par là. Il y a deux ans, j’ai skié pour la première fois et je suis tombée. L’horreur !

MARY : Non. C’est vrai ?

DIANE : Ouais. Ce ne sera pas facile, mais tu retrouveras ton niveau. Je t’ai vue jouer l’année dernière et j’avais hâte de venir ici pour jouer avec toi. Se frotter aux meilleures permet de progresser.

MARY : Oui. J’espère pouvoir reprendre l’entraînement dans une semaine ou deux.

DIANE : C’est ce que Mr. Koper nous a dit. Il est super.

MARY : C’est le meilleur.

 

TODD PARLE À LUCY

TODD : Hé, Lucy ! L’office était génial. Tu te rends compte ? Il est onze heures quinze. Je n’ai jamais assisté à un office aussi court, c’est trop cool.

LUCY : Ah oui ? C’est la première fois que ça arrive.

TODD : Aaah ! J’espère que ta sœur va bien.

LUCY : Ca va. D’ailleurs, je me fais plus de soucis pour mon frère Simon. C’est lui qui lui a donné l’idée d’avaler le bonbon par le nez.

TODD : Hé ! Je t’appelle, tout à l’heure ?

LUCY : Euh … non. Depuis que j’ai ramené un D à la maison, mes parents m’interdisent de téléphoner jusqu’à ce que mes notes se soient améliorées.

TODD : J’ai toujours su que tu étais cool. Euh … Ca aurait pu marcher, tous les deux.

LUCY : Oui.

TODD : Si tu veux, euh … je pourrai peut-être passer te voir.

LUCY : Euh … je n’en sais rien, Todd.

TODD : Tu sais, tu pourrais peut-être m’aider. Euh … je pourrais en mettre plein la vue à mes parents avec un C.

LUCY : Je ne sais pas si moi, je peux t’aider, mais Matt pourrait nous aider, tous les deux.

TODD : Aaah, je ne suis pas trop chaud. Euh … si c’est lui qui m’aide, j’aurai l’impression d’être un abruti.

LUCY : Si tu veux savoir, en acceptant qu’il nous aide, c’est nous qui l’aiderons. Son ego en a pris un sacré coup, ce week-end.

TODD : Alors, euh … dans ce cas, … oui. Pourquoi pas ?
 

MATT PARLE AU COLONEL DANS LA VOITURE.

MATT : Désolé que … que … que la fête soit gâchée. (Le Colonel fait oui de la tête) Je suis aussi désolé d’avoir rejeté ton conseil et refusé d’aider ma famille. Mes parents étaient débordés, ces derniers jours.

COLONEL : Hm ! Hm! Ne t’inquiète pas. Je ne peux pas réussir sur vous tous en une seule visite. Je hais les illusionnistes.

MATT : (Eclats de rire) Moi aussi.

TOUS DEUX RIENT AUX ECLATS. MARY ET LUCY MONTENT DANS LA VOITURE.

MATT : Bon, ben … si on passait à l’hôpital ?

COLONEL : J’ai un meilleur plan. Qu’est-ce qui ferait le plus plaisir à Rosie à son retour à la maison ?

LUCY : Une glace pistache.

COLONEL : Adjugé. Matt, objectif : glace pistache. (Eclat de rire de Lucy) Alors, qu’avez-vous fait aujourd’hui ?

MARY : J’espérais que Matt accepterait de tirer quelques paniers avec moi.

COLONEL : Oooh ! Tu ne quittes plus l’équipe ? (Mary ne répond pas)

MATT : Il n’y a pas de quoi être fier.

COLONEL (en riant) : Hm !

MATT DEMARRE SA VOITURE.

 

PENDANT CE TEMPS-LA, L’INFIRMIERE EXAMINE ROSIE.

ROSIE : Ca brûlait et je ne pouvais plus respirer et maman m’a dit de souffler par le nez, alors, je l’ai fait et c’est sorti. Mais ça brûle encore un peu.

ANNIE : Je ne comprends pas pourquoi tu t’es fourré un bonbon dans le nez.

ROSIE : J’en avais assez d’être assistante. Je voulais faire mon propre tour de magie comme Simon.

ANNIE : Il ne faut pas faire tout ce que fait Simon, chérie. Quelquefois, il faut laisser aux autres, le plaisir d’être sous les projecteurs. C’est agréable de faire sentir à une personne qu’elle est importante et spéciale. Tu ne peux pas toujours être le centre d’intérêt.

ROSIE SE BOUCHE LES OREILLES EN FREDONNANT, CE QUI FAIT RIRE L’INFIRMIERE ET SA MAMAN.

ANNIE (en lui débouchant les oreilles) : Je sais que c’est dur à entendre, mais tu ne peux pas toujours obtenir ce que tu veux.

ROSIE : Hmm ! Je ne veux pas faire de la magie, j’ai besoin d’en faire.

ANNIE : Mais tu possèdes ta propre magie. Ecoute, chérie, maman a besoin de faire une petite pause. Je vais sortir quelques instants et je t’attends dehors. D’accord ?

ANNIE S’EN VA.

L’INFIRMIERE : Je crois que tu as quelque chose dans ton oreille.

ELLE ENLEVE UNE SUCETTE DE L’OREILLE DE ROSIE ET LA LUI MONTRE.

ROSIE : Comment vous avez fait ça ?

L’INFIRMIERE : Si je te le dis, tu dois me promettre que tu ne révèleras jamais mon secret ?

ROSIE FAIT OUI DE LA TETE, TANDIS QU’ERIC ET SIMON SONT DANS LA SALLE D’ATTENTE.

VOIX DU PARLOPHONE : Docteur Peterson est attendu en salle de réveil. Docteur Peterson est attendu en salle de réveil.

LE DOCTEUR QUITTE LE CABINET ET PARLE À ERIC ET SIMON.

LE DOCTEUR : Rosie va bien. Elles arrivent dans une minute.

ERIC : Ah ! Merci.

SIMON : Oooh ! Ah ! Je suis content. S’il lui était arrivé quelque chose, je parie que j’aurai eu des problèmes. Ce n’est pas que je me sens intouchable, ce n’est pas ça, je ne savais pas qu’elle allait faire ça, je te le jure … Ouais, je sais bien qu’il y a un avertissement dans le manuel du magicien.

ERIC : Détends-toi, Simon. Je sais que tu ne l’as pas fait exprès.

SIMON : Je suis désolé d’avoir gâché l’office, papa.

ERIC : Ce n’est pas grave. Je suis si heureux que Rosie n’ait rien.

ANNIE ARRIVE ET ATTEND ROSIE.

SIMON : Tu me pardonnes ?

ERIC : Oui, tu n’as rien à craindre.

SIMON : Pourquoi ?

ERIC : Je n’en sais rien. Quand j’ai entendu Rosie crier, j’ai eu tellement peur que … j’ai perdu et la tête et l’envie de te corriger. Tu sais, même si je donne l’impression du contraire, la famille est plus importante que mon travail. Cette semaine, j’ai … j’ai oublié que vous aviez une vie à part entière. Grandir, ce n’est pas si évident et il faudrait que je sois à vos côtés, chaque jour que Dieu fait.

SIMON : Merci, p’pa. Je ressens la même chose pour Rosie. J’ai décidé de l’aider à devenir magicienne, à moins que tu préfères que je laisse tout tomber.

ERIC (faisant oui de la tête) : Hm ! Hm !

ROSIE ARRIVE. SIMON SE LEVE ET S’APPROCHE D’ELLE.

ERIC : Euh … Oh !

SIMON : Je suis désolé. Je te demande pardon.

ROSIE : Je te pardonne.

SIMON : J’ai décidé d’abandonner la magie.

ROSIE : C’est papa, hein ? (Elle regarde Eric)

ERIC (à Annie) : Je te demande pardon. Pardon de t’avoir tout laisser sur les bras, cette dernière semaine.

ANNIE : Tu devrais savoir qu’à l’impossible, même ta femme n’est tenue. La prochaine fois, je ferai en sorte que les enfants fassent un effort. Je suis désolée que ton moment de gloire ait été court-circuité.

ERIC : Je ne crois pas que passer à la télé me rende meilleur pasteur pour autant.

SIMON : On a tous appris quelque chose, cette semaine.

ROSIE : Et moi aussi. (à Simon) Qu’est-ce que t’as, là ?

SIMON : Quoi ?

ROSIE RETIRE LA SUCETTE DE L’OREILLE DE SIMON ET LE LUI MONTRE.

SIMON : Hé !

ERIC : C’est tout l’enseignement que tu en as tiré ?

ROSIE : Non, j’ai appris aussi que des fois, quand on a vraiment besoin d’aide, eh ben, on peut toujours compter sur quelqu’un.

SIMON REPREND LA SUCETTE. ANNIE ET ERIC S’EMBRASSENT.


 

THE WORLD IN HIS HANDS.

He’s got the whole wide world in his hands,

He’s got the whole wide world in his hands,

He’s got the whole world in his hands;

He’s got the whole world in his hands.

 

He’s got you and me, sister, in his hands,

He’s got you and me, brother, in his hands,

He’s got you and me, sister, in his hands,

He’s got a whole world in his hands.

 

He’s got the little bitty baby in his hands,

He’s got the little bitty baby in his hands,

He’s got the little bitty baby in his hands,

He’s got the whole world in his hands.

 

He’s got everybody here in his hands,

He’s got everybody here in his hands,

He’s got everybody here in his hands,

He’s got the whole world in his hands.

 

He’s got the whole wide world in his hands,

He’s got the whole wide world in his hands,

He’s got the whole wide world in his hands,

He’s got the whole world in his hands.

 

Script rédigé par Nadine, toute reproduction est interdite

 
     

Attention, tous les documents présents sur ce site sont soumis aux règles du Copyright. Toute copie totale où partielle est interdite et passible de poursuites.

©2001-2012 Johanna Benard (créations en Flash par François)